[RP] Zcyn

Histoires et aventures role-play (Rappelz, Allods, Aion ou autre jeu)

Re: Biographie RPiste

Messagepar zcyn » Jeu 17 Jan 2013 18:14

Zcyn XXIII

Paperasse


« Allez, SirWatson et DarkMatter, du courage, on en a terminé avec la mise à jour du registre des familiers, on commence à en voir le bout »

DarkMatter n’était pas si optimiste.

« C’est à cause de gens comme toi, Moonkir et tes douzaines de petits animaux, que tout ça prend autant de temps. Moi je sens qu’on va y passer la nuit. Il reste encore à passer en revue les titres. Sans parler de la préparation de la prochaine assemblée de la Guilde, les projets de résolutions. SirWatson, on commence par ça ? »

« Comme tu veux, DarkMatter. En fait il y a juste la question de la cotisation à voir. Pour les autres sujets c’est Hésac qui décide. »

« Ah ça, pour jouer les chefs de guerre, parler diplomatie avec les autres alliances, se pavaner au Conseil des Guildes, toujours en première ligne, le Hésac ! Mais toute la paperasse, les registres de ci, les registres de ça, les duplicata à envoyer à l’Ordre des invocateurs, à celui des promoteurs de classe, qui c’est qui doit s’y coller toutes les deux lunes ? C’est nous, les conseillers. »

« C’est sûr, Grand chambellan gardien du Lore, je ne voyais pas ça comme ça. Je revois encore le jour où il m’a proposé le poste. Ah c’est sûr, ça sonne bien. »

« Pareil. Haut conseiller diplomatique, sur le coup j’étais plutôt flatté. Si j’avais su que ça se résumait à ces séances de recopiage de registres, à la lueur des bougies dans ce donjon glacial… », acquiesça DarkMatter.

« Aide de camp, capitaine de guerre, raid leader, moi j’ai carrément trois titres. Et au final… » enchaîna SirWatson. « Il faudra suggérer à Hésac de prendre un autre donjon. Palmir, les Antres, au moins c’est un peu meublé, pas comme ces grottes de cristal. Bon, concernant les cotisations, on peut les garder en l’état. Dix roupies. Après tout nous avons peu de dépenses, et la redevance du donjon suffit à couvrir nos frais exceptionnels comme les banquets. Les titres, maintenant. DarkMatter, tu as la liasse des nouveaux promus ? »

« Donc la cotisation c’est acté, je note ça sur la liste des résolutions. La liasse des promus maintenant, voyons cela. Houlà oui c’est vraiment une liasse, les apprentis ont mis le paquet ces dernières semaines. En même temps, c’est bien qu’ils se soient dépêchés, j’ai entendu dire que les RoxxorsDuPoney avaient fermé leurs sites du Bûcher et de l’Autel pour cause de travaux. Pour nous ce n’est pas plus mal, les gens vont devoir venir faire ça ici, dans notre donjon, à l’ancienne. Bon, reprenons. Vous êtes prêts à retranscrire les noms ? Alors, Loupox, gladiateur. MissPiggy, bellu…euh non pardon, élémentaliste. Nazba, prêtre... »

« Attends » l’interrompit SirWatson, tu ne voudrais pas voir vite fait dans la liasse qui a l’étoile ?

« L’étoile ? Tu veux dire l’apprenti qui a fait le meilleur temps ? Tu t’intéresses à ça, toi ? Oh mais je devine pourquoi… tu es dans la liste, n’est-ce pas ? Félicitations, SirWatson le gladiateur ! »

« Félicitations, gladiateur SirWatson » ajouta MoonKir en pouffant, « tu y a mis le temps. »

« Oh ça suffit vous deux, je vous rappelle que c’est sur instruction expresse d’Hésac, et pour pouvoir accompagner les jeunes recrues à Lune Aride, que je suis resté mercenaire si longtemps. DarkMatter, alors, mon étoile ? »

« Attends, je reprends la liasse. Et voilà, la petite étoile en haut à droite. Oh mais, il y a même deux étoiles. »

« Deux étoiles ? » reprit SirWatson. « Le meilleur temps de tous les apprentis de cette session, toutes guildes confondues ? Ma foi, c’est vrai que j’ai fait ce qu’il fallait pour, je me suis entraîné, j’ai emprunté à MissPiggy le dragon de son oncle. Hésac avait eu les deux étoiles en son temps, ça me met dans sa lignée, c’est bien pour un aide de camp. »

« Le syndrome de l’aide de camp, hein ? » ajouta malicieusement Moonkir. "Prouver qu’on peut faire aussi bien, qu’on est à la hauteur. Remarque, tu n’es pas le seul. Je discutais avec Kazanov l’autre soir, l’aide de camp des SertLeThé. Il a l’air de se chercher, lui aussi. Monter les rangs, se faire un nom. DarkMatter, tu as fini par réussir à extirper de la liasse le feuillet de SirWatson ? Fais voir.»

« Tiens, le voilà » répondit DarkMatter. "Mais ce n’est pas celui de SirWatson."

« Comment ça, ce n'est pas le mien ? ». L’aide de camp lui arracha le papier des mains, et saisit une bougie pour mieux voir. « Zcyn ? C’est Zcyn qui a les deux étoiles ? Mais c’est impossible, on a fait les Fanatiques le même jour, je l’ai vue à Rondo, elle faisait à moitié la sieste en envoyant son familier les tuer un par un, ça a dû lui prendre un temps fou. Comment serait-elle devant moi ? »

« Je confirme » ajouta le belluaire Moonkir, « elle y a mis le temps, d’autant que je lui ai retiré son familier. Mon familier, à vrai dire. Pauvre salamandre, elle n’est pas encore rétablie. Mais tu sais, le classement c’est une moyenne logarithmique à coefficients croissants, il suffit que sur les dernières épreuves elle ait fait un bon temps. Tiens, regarde, un peu plus bas ils ont mis le détail. »

« Plus bas, dis tu ? Ah oui, je vois. Hector, deux secondes. La sorcière, une seconde et demie. »

« C’est forcément une erreur » répondit DarkMatter en haussant les épaules. « Laisse-moi faire, je vais te mettre les étoiles. Il suffit de presser l’un contre l’autre ton feuillet et son feuillet, avec un peu de cire de bougie. Voilà, maintenant j’efface les dernières traces avec un chiffon en peau de dragonnet, et le tour est joué. SirWatson, congratulations, c’est un honneur pour nous d’être les collègues de l’apprenti le plus talentueux de cette session. »

« Est-ce qu’on en a bientôt fini ? » demanda Moonkir, « la nuit est tombée, je m’inquiète pour mes familiers, je ne suis pas tranquille quand je laisse trop longtemps dans le même enclos mon loup et mon volatile. »

« C’est sûr que ton volatile ne dormira pas beaucoup », répondit DarkMatter en riant. Vas-y, je me débrouillerai pour recopier le registre des promus. Oh mais attendez, il reste encore un papier que je n’avais pas vu. Il y a le sceau des RoxxorDuPoney dessus. »

« On dirait une facture. »

« En effet. Sept milliards de roupies. »

« C’est forcément une erreur. »

« Mais en même temps c’est les RoxxorsDuPoney. »

« On peut revoir la résolution sur la cotisation ? »


Image
Dernière édition par zcyn le Mar 5 Fév 2013 15:28, édité 4 fois.
Petit poney, petit poney,
tu es tout gris et tout petit, petit poney.
Avatar de l’utilisateur
zcyn
 
Messages: 944
Inscription: Jeu 3 Mar 2011 15:26

Re: Biographie RPiste

Messagepar zcyn » Mar 22 Jan 2013 12:19

Zcyn XXIV

Les frères Mond.


Zcyn avait passé l’essentiel de la journée à la Guilde. Récupérer son attestation, signer le registre, percevoir le deuxième volume du manuel du parfait Villain, qui contenait quantité d’informations utiles, comme les techniques et compétences de Quatrième rang, ainsi que des cartes géographiques beaucoup plus étendues que celles du premier volume, qui se limitaient aux villes et à leurs abords immédiats.
Après les formalités, tous les nouveaux promus avaient un peu bu. Et puis ils étaient sortis au dehors faire un peu les fous. Jouer au « Yéti, y-es tu ? », aller sans armes taper dans le dos d’un yéti, lui tirer la langue quand il se retournait, courir jusqu’au yéti suivant et ainsi de suite jusqu’à avoir tous les yétis à sa poursuite. Jouer au « Neuneu » avec les beholders, en allant à deux vers deux monstres puis en courant en zigzag sur des trajectoires entrelacées jusqu’à ce que les deux beholders fassent des nœuds dans leurs tentacules.
Sur le seuil, les Villains plus aguerris avaient regardé ces jeux avec attendrissement. Eux aussi, en leur temps, ils avaient été de jeunes promus.

Il avait pourtant bien fallu rentrer. Maintenant la maison de Fargdun n’était plus loin et, comme toujours à Katan, la nuit tombait. L’euphorie se dissipait, laissant place aux interrogations. Et maintenant ? Serait-elle de taille ?
Déjà, la question de l’équipement n’était pas négligeable. Elle était la seule assassine de la Guilde. Ceux qu’elle avait entendus raconter leurs petites histoires au bar des Villains étaient des CoeurDePique. Des gens de son alliance, mais pas de sa Guilde. Donc, personne pour lui céder pour un montant symbolique des dagues, des épées ou une armure. Et les prix du marchand étaient dissuasifs. Sans parler qu’il faudrait y ajouter les tarifs du forgeron et le coût de l’enchantement. Sauf peut-être pour les pierres d’âme où sa guilde pourrait sans doute l’aider, partout ce n’était que dépenses et frais. Alors, garder le même équipement jusqu’au rang suivant ?
Mais en face, les monstres avaient eux aussi changé de catégorie. La forêt obscure qu’elle avait traversée naguère avec moult précautions, cachée, dissimulée, retenant son souffle, c’était censé être son nouveau terrain de chasse. Elle n’avait pas oublié les sifflements stridents des nagas. Ni les panthères géantes. A propos de panthère, il allait falloir laisser Luerphédon à la maison désormais, et emmener Sabaka. Mais ferait-il le poids ? Et il était si petit…


<Soutien de Puissance sur le loup>


« Worthington FoolFellow, pour vous servir ! »

Zcyn reconnut immédiatement celui à qui elle avait été à deux doigts d’acheter un loup. Il ne semblait d’ailleurs pas lui en vouloir de s'être ravisée, et se montrait aussi volubile et aimable que lors de leur rencontre à l’île des Apprentis. Il y avait quelque-chose de changé, cependant.

« Hé oui mon enfant, me voilà belluaire à présent. On ne peut pas rester charmeur toute sa vie mon enfant, on ne peut pas. Ainsi ton loup te cause du souci. Mais regarde-le mon enfant, regarde-le après cette bénédiction que je viens de lancer sur lui, regarde comme il est métamorphosé mon enfant, prêt à bondir, à mordre, à déchiqueter ! »

« - En effet c’est prodigieux. Ce n’est plus le même loup. Merci, monsieur FoolFellow. »

« Mais de rien mon enfant, de rien. Enfin, de rien… Il faut bien vivre mon enfant, il faut bien vivre. J’ai des frais, ô combien, c’est que ça mange, toutes ces petites bêtes, hé oui, mon enfant. Hélas, je me vois contraint, forcé, hélas, de demander une contribution. Un million par bénédiction. »

La rôdeuse, pardon l’assassine n’était pas encore habituée à des sommes d’un tel ordre de grandeur.
«- Ah oui quand même. Je n’ai pas du tout ça sur moi. Croyez bien que je regrette, mais pouvez-vous annuler la bénédiction ? »

« Ha ha mon enfant, mais tu n’as rien demandé, c’était une sorte d’échantillon gratuit. Deux cent mille, peut-être alors ? Non je plaisante mon enfant je plaisante, tu ne me dois rien. C’était un échantillon, j’ai encore toutes sortes de bénédictions pour ton loup, je suis un belluaire à présent. Pour vous servir ! Soins, bénédiction, où que tu sois, appelle mon nom trois fois et j’accours. »

«- Je dis FoolFellow, FoolFellow, FoolFellow, et vous apparaissez ? »

« Exactement. L’or est pour moi comme un amplificateur télépathique, j’entends toujours les gens qui ont de l’or. Au revoir mon enfant, au revoir, j’entends un million qui m’appelle. Je veux dire, quelqu’un qui m’appelle.»

Le belluaire disparut.

Zcyn continua en direction de chez Fargdun. Au passage, elle lança le loup sur quelques rats gobelins, mais sur de si faibles créatures l’effet de la bénédiction ne se remarquait guère.


<Bénédiction de vitalité sur Zcyn>
<Force des ténèbres sur Zcyn>
<Energie de la pierre sur Zcyn>


Occupée à suivre des yeux les attaques de son loup, elle n’avait pas remarqué trois personnages qui se tenaient un peu à l’écart du chemin, près du squelette d’un gros animal. Elle sentit l’afflux d’énergie magique qui allait la rendre pour un temps plus forte et plus résistante. Mais ça tombait mal, elle voulait juste rentrer, raconter un peu sa journée et dormir.

« - Et alors quoi, vous vous êtes donné le mot, c’est le jour des échantillons gratuits ? Ou bien vous allez me demander trois millions ? »

« Pardonne-nous, jeune… assassine, c’est bien ça ? Ton équipement prête un peu à confusion. Je suis Osmond, prêtre.»
« Je suis Harmond, chaman. »
« Je suis Desmond, élémentaliste. »
« Nous sommes les frères Mond. »

Zcyn restait suspicieuse.

« - Expliquez-moi ça… des frères ? Alors que vous n’êtes même pas de la même race ? »

« C’est un nom de scène. »
« Notre nom d’artistes. »
« On fait tout ensemble depuis qu’on est gamins, quand on a découvert qu’on avait des prénoms qui sonnaient presque pareil. »
« Les gens nous confondaient, ils nous appelaient les Trucmuche Mond. »
« Plus tard, on a appris la magie respective de nos races, et on a essayé de partir en donjon. »
« Mais ça ne marchait pas bien, parce-qu’ils voulaient jouer les dd, alors que bon, l’Asura c’est moi, donc le dd c’est moi, point à la ligne. »
« Sauf que moi je suis cac, donc c’était forcément moi le dd. Seulement voilà, il aurait fallu que vous fassiez votre boulot. »
« Regardez-moi ces deux amateurs. Chétifs comme vous êtes, c’est à moi que revenait ce rôle. Je ne meurs pas en deux coups, moi. Je peux me soigner. Et question sorts d’attaque, rien qu’avec Pluie acide et Eclat de lumière, pour en citer deux au hasard, je vous mets minables. Tout ce que vous aviez à faire, c’était de tenir les autres mobs en respect avec vos sorts de contrôle. »
« Comment ça deux sorts au hasard ? C’est les seuls que tu as ! Moi, rien qu’avec mes sorts de feu… »

«- Je commence à comprendre », intervint l’assassine amusée.

Le discours à trois voix reprit de plus belle.

« On a réalisé qu’on n’était pas faits pour une carrière classique. »
« Donc on a changé de voie. »
« On combat le mal à notre façon, indirectement, par procuration si on veut. »
« On s’installe quelque-part et on bénit à la volée les gens qui passent. »
« Et puis on change d’endroit. Cette semaine on s’est mis là, on bénit les apprentis qui font leurs premières quêtes à l’est de Katan, ainsi que ceux qui vont à l’Arène.»

« - Je vois », dit Zcyn. « en fin de compte vous n’êtes pas comme FoolFellow. »

« FoolFellow ? Cet être vénal ? Ce charlatan ? »
« Rien à voir. Nos bénédictions à nous sont gratuites. Après, il arrive que les gens qui nous apprécient, et qui récupèrent une arme dont ils n’ont pas l’usage, viennent nous l’apporter. »
« Ou nous aider pour une quête. Au plus nous serons puissants, au mieux nous pourrons aider. »
« Par exemple la Cascade, on a essayé, et ça a été un fiasco, on avait clairement sous-estimé le danger. »
« Jeune demoiselle, on parle on parle, et voilà que nos bénédictions se sont dissipées. Veux-tu que nous les renouvelions avant que tu poursuives ta route ? »

«- Inutile, je suis presque arrivée chez moi et je n’aspire qu’à dormir. A une prochaine fois, les frères Mond ! »

Dormir… mais pas avant d’avoir utilisé sa Cape pour jouer quelques tours à Fargdun.

Image
Dernière édition par zcyn le Lun 4 Fév 2013 18:54, édité 1 fois.
Petit poney, petit poney,
tu es tout gris et tout petit, petit poney.
Avatar de l’utilisateur
zcyn
 
Messages: 944
Inscription: Jeu 3 Mar 2011 15:26

Re: Biographie RPiste

Messagepar zcyn » Lun 4 Fév 2013 18:12

Zcyn XXV

Sic transit gloria mundi


L’âtre de la cheminée. La danse des flammes, les étincelles qui crépitaient. Comme des souvenirs d’anciens combats ? En tout cas le visage du paladin n’exprimait rien. Les heures passaient sans faire autre chose que passer. Le froid de la nuit s’insinuait par les interstices de la porte et des fenêtres. Le feu moins ardent maintenant. Des braises et des cendres.
Dans la main, le verre de bière bon marché. Sur la table, le pichet où la bière finissait de perdre sa fraîcheur. Mais pas son amertume. Par terre, deux autres pichets, vides. Au fil des verres, un lent abrutissement avait gagné le vieux guerrier. Un reste de conscience se demandait s’il valait la peine d’aller au cellier chercher un nouveau tonnelet de bière.
Les yeux presque vitreux s’étaient tournés vers le mur, sans chercher à le regarder. Regarder quoi ? Le mur était nu, avec des zones plus claires là où jadis étaient suspendus des trophées, aujourd’hui vendus. Allez encore un verre, fasse la Déesse que le sommeil me gagne avant que le feu ne soit éteint et le pichet vide.

Le paladin perçut un regard tourné vers lui. Son familier.

« Alors quoi, le gnoll ? Tu as quelque-chose à me reprocher ? Que je sache, tu es bien content de les trouver, tes cinq livres de viande crue, tous les matins. Tous les matins ! Pour l’instant… »

il se servit un autre verre. Le pichet vide alla rejoindre les deux autres à terre.

« J’étais tueur de dragons, moi ! Tu entends ? Tueur de dragons ! Les nobles m’invitaient à leur table, les bardes chantaient mes exploits. Les papes templiers ne voulaient personne d’autre que moi comme garde d’honneur à leur cérémonie d’intronisation. J’étais tueur de dragons, j’ai brisé cent épées sur leurs écailles. Je tutoyais les seigneurs, ils étaient jaloux de moi. Aujourd’hui je suis promène-couillons au Bûcher et à l’Autel des morts. Aujourd’hui des gosses de riches me paient pour combattre des guignols mécaniques. Tombé bien bas…. »

Son bras se tendit vers les trois pichets qu’il soupesa l’un après l’autre. Vides.

« Et quand je dis aujourd’hui… Aujourd’hui personne n’est venu me chercher. C’est toujours cassé, il paraît, à l’Autel et au Bûcher. Savent pas quand ce sera réparé. Hé ouais j’en suis là le gnoll, alors va baver ailleurs! J’ai bien le droit de me bourrer la gueule…. »

Il regretta de s’être emporté, ça l’avait presque réveillé. Il n’y avait plus de bière. Et voilà qu’on tapait à la porte.

« Foutez le camp ! Laissez-moi tranquille. Il n’y a personne, vous m’entendez, il n’y a personne, laissez-moi. »

Les coups redoublèrent.

« - Maître Oscar, ouvrez-moi, j’ai fait un long chemin pour venir vous voir. »

« Y’a plus de maître, c’est fini tout ça, c’est fini. Allez-vous-en. »

« - Maître Oscar, la nuit est tombée, et la ville est loin. »

Au voyageur isolé, l’hospitalité tu accorderas. Un des commandements du serment des paladins. Hasard ou habileté, l’étranger l’avait laissé sans réplique. Le verrou ôté, la porte s’ouvrit, laissant apparaître un jeune homme enveloppé dans une large cape d’asuran. Un assassin, probablement.

« Entre, petit, assieds-toi. Ces tabourets sont rustiques mais ils sont solides. Mon feu s’éteint, je vais chercher du bois au cellier, au moins tu seras au chaud. Question boire ou manger en revanche, tu as tapé à la mauvaise porte.»

L’asuran s’assit et considéra la pièce. L’austérité des lieux, touchant presque au dénuement, lui plut. Eu égard à la longue carrière d’Oscar, riche de nombreux faits d’armes, il s’était attendu à voir des épées entrecroisées aux murs, des alignements de boucliers, des trophées, des tapis précieux, des meubles en bois rares, rehaussés d’or, une multitude d’armes d’apparat. En fait de multitude, il n’y avait qu’un bouclier près de la porte, et une épée. Une lame assez commune, mais bien affûtée. Oscar devait avoir une meule dans son cellier. Le voilà qui revenait, chargé de quelques bûches à disposer dans le feu. L’asuran attendit que son hôte parle le premier.

« Alors petit, raconte-moi ton histoire, puisqu’il est dit qu’on ne me laissera pas dormir ce soir. »

«- Je suis Kazanov l’assassin. Aide de camp de PepsiDreamer, le chef de guilde et chef d’alliance. »

« Connais pas. »

«- Nous possédons un donjon dans les montagnes de cristal. »

« Tu peux ouvrir la fenêtre, petit ? Un peu d’air frais me remettra les idées en place. Le donjon, oui, je vois, une rumeur a circulé il n’y a pas longtemps, un siège où les RoxxorsDuPoney se seraient fait berner. »

« - Oui, une ruse nous a permis de sauver notre donjon. Mais justement, je ne peux me satisfaire de tels expédients. Recourir à la ruse, ce n’est pas ma voie. Je veux l’emporter à la loyale, guerrier contre guerrier, arme contre arme, technique contre technique. La ruse c’est pour les médiocres et je ne veux pas être médiocre. PepsiDreamer m’a donné ma chance mais maintenant je veux aller plus loin, monter dans les Rangs. »

Le visage de Kazanov s’était empourpré. Il craignit soudain d’être ridicule, et se tut.

« Quelle fougue, mon garçon. Bonne approche, mais qu’ai-je à voir là-dedans ? La fougue, je l’ai perdue il y longtemps. C’est l’alcool qui me colore les joues.»

« - Pour me lancer, j’ai besoin de frapper un grand coup. Aidez-moi à tuer un dragon. »

C’était le mot qu’il ne fallait pas prononcer. Oscar saisit Kazanov par le col.

« Alors c’était pas la peine de venir ici ! Juste au sortir de ton donjon, t’en as plein ! Ils sont sans défense, sans ailes, ils ne peuvent pas voler. A Rondo, les gosses de riches les promènent en laisse, c’est la dernière mode. Fais comme eux, va voir un élémentaliste, donne-lui quelques millions, et partez à la chasse au dragon, comme ils disent. »

Kazanov soutint le regard du paladin et détacha lentement ses mots.

« - Je veux tuer un dragon. »

Oscar relâcha l’étreinte. L’assassin baissa les yeux et se rembrunit, en ajoutant dans un souffle « Je n’ai pas d’argent. »

L’expression du paladin restait soupçonneuse mais le sang-froid du jeune homme l’avait impressionné. Il retourna chercher une bûche pour le feu, qui n’en avait nul besoin, et les deux hommes restèrent silencieux quelques minutes.

« Tu sais faire diversion, petit ? Attirer l’attention des mobs pour permettre au groupe de passer ? »

Et sans attendre la réponse il prit son épée et ouvrit la porte.

« Passe devant, petit. Ne t’en fais pas pour moi. Avec tout ce que j’ai bu je n’ai pas l’air très vaillant, mais là où on va c’est très loin, j’ai toute la nuit pour récupérer. »


Image
Petit poney, petit poney,
tu es tout gris et tout petit, petit poney.
Avatar de l’utilisateur
zcyn
 
Messages: 944
Inscription: Jeu 3 Mar 2011 15:26

Re: Biographie RPiste

Messagepar zcyn » Jeu 7 Fév 2013 15:36

Zcyn XXVI

Vers l’Antre


Kazanov marchait en tête sur le sentier sinueux. A cette heure de la nuit, la plupart des créatures de la forêt de bambous dormaient, et les quelques fauves encore à l’affût, à la seule vue du gnoll, jugeaient préférable d’attendre le passage de proies aux dimensions plus modestes. Une intersection se présenta, et Oscar ne fit pas à son compagnon l’injure de lui indiquer la direction à prendre. A droite évidemment, pas à gauche vers les Mines perdues. Une fois à Horizon ils ne s’attardèrent pas et empruntèrent directement le portail pour Rondo. Avant de prendre la sortie des Cerisiers en fleurs, ils s’approvisionnèrent chez le marchand Ake.

« Oscar, ça fait un bail ! Du rouge et du violet, comme d’habitude ? »
« - C’est ça. Et du supérieur ! Pas les potions normales que tu sers à tes clients. Un peu plus de rouges, j’ai un assa avec moi. Et quelques parchemins. »
« A ton service. Je suis content de te revoir partir en expédition. Tu me règles au retour ? »
Le paladin sembla pris au dépourvu par cette question anodine.
« - Au retour... Non. Paie-le, Kazanov. » finit-il par répondre, avant d’ajouter à l’intention du marchand, avec un gros rire d’ivrogne « Il loue mes services, alors il paie aussi les frais, c’est normal. »

Ils furent bientôt aux portes de la ville.

« - Tu sais où on va, petit, je suppose ? »
« La côte des vents. Le portail vers l’île perdue. Et l’Antre, là où vivent les dragons adultes.» répondit l’assassin.
« - En effet, et il y en a pour un bout de temps. C’est pour ça que je n’ai pas pris d’ornitho, marcher ça me laisse le temps de dessoûler. Dis-moi, j’ai connu un Kazanov, dans le temps. Un jeune capitaine, paladin comme moi. Est-ce que… ? »

« Oui, c’est lui. Kazanov le boucher. Kazanov le fossoyeur. Moi je ne l’ai pas connu, et sur ce que j’en ai entendu je ne suis pas sûr de vouloir en connaître davantage. »

«- Tu aurais tort. On ne devient pas capitaine si vite sans un minimum de mérites. Mais les gens ne retiennent que la fin sanglante de sa section de guerriers. Le massacre du Village caché. Une avant-garde qui combattit à un contre dix une légion entière de Moines Fanatiques. Vingt combattants envoyés sans ciller à une mort certaine.»

« Et qu’on n’a pas pu ranimer. Des morts définitifs. »

« - On a tendance à penser que les Moines Fanatiques ont disparu sitôt la Sorcière vaincue. Ils savaient leur guerre perdue mais ils ne déposèrent pas les armes avant plusieurs années. Encore aujourd’hui je ne serais pas surpris qu’il en subsiste quelques-uns, ourdissant leurs complots, préparant leur retour. Cachés à la Guilde des assassins peut-être, ou même sous notre nez, là où nous nous y attendons le moins. Mais en tant qu’armée, oui, on peut considérer qu’ils sont éradiqués. Le massacre du Village caché fut leur dernière victoire. Ils s’acharnèrent sur la section Kazanov avec toute la sauvagerie dont ils étaient capables. On retrouva des corps démembrés, calcinés, hachés menu. Irrécupérables. Voilà ce que l’on reproche à Kazanov, voilà ce que l’histoire a retenu. On oublie que ces quelques heures gagnées permirent à nos propres légions d’atteindre elles aussi le Village caché et d’exterminer les Moines. »

« Les fanatiques voulaient s’en prendre au Village caché ? Mais justement, il est… »

« - Il ne l’était pas à l’époque. C’est depuis cette attaque qu’on l’a caché magiquement et limité son accès aux seuls titulaires d’un passe. Depuis toujours, les montures les plus rapides, les armes les plus élaborées, les bénédictions les plus efficaces se trouvent là. Si les Moines l’avaient détruit… sans parler des habitants. Kazanov a pris la bonne décision. Ses soldats l’ont suivi sans l’ombre d’une hésitation. Tous pourtant étaient jeunes et avaient toutes les raisons de vouloir vivre. Lui le premier. Il savait que ta mère… comment dire… allait bientôt être ta mère. Pour moi c’était un brave garçon, qui ne se laissait pas dicter ses choix. Déjà, il avait épousé une Asura… Pas d’offense, petit, je parlais en général.»

L’assassin qui jusque-là marchait d’un pas alerte, ralentit puis s’arrêta complètement, les yeux embués. Oscar se détourna, faisant mine de rectifier une lanière sur le harnachement du gnoll.

Très vite le jeune homme se reprit et commença à poser toutes sortes de questions sur les montures, les armes, l’efficacité respective des techniques de telle ou telle race, tout en marchant de plus belle, vers l’Ouest, vers le portail.

« Pourquoi utiliser une épée contre un dragon? Est-ce qu’un arc ou même une arbalète ne permettrait pas de rester hors de portée des jets de flamme ? Et pourquoi un gnoll ? Est-ce qu’un ange ne serait pas plus versatile ? Et pourquoi un bouclier ? Est-ce qu’une arme à deux mains... »

Oscar attendit que le flux de paroles se tarisse.

« - Paladin je suis. C’est le premier commandement de mon serment, et c’est ma réponse à toutes tes questions. J’engage le combat et ce n’est qu’à l’issue d’icelui qu’il y a un vainqueur. Je me moque de savoir comment on utilise une baguette magique ou une catapulte ou un javelot. M’en servir serait me renier, ce serait perdre le combat avant même qu’il ait commencé. C’est peut-être difficile à comprendre pour un Asura, vous autres êtes plus… pragmatiques, disons. »

Les étoiles pâlissaient dans le ciel quand ils passèrent le portail. Et quand ils atteignirent l’Antre, le soleil se levait. Le paladin se retourna vers l’Est et s’agenouilla en une prière muette, mains croisées sur le pommeau de son épée. Kazanov pour sa part, maintenant qu’ils étaient à pied d’œuvre, s’impatientait.

« Oui, c’est une belle journée, mais vous en verrez d’autres, des levers de soleil. Pourquoi ne pas rentrer ? Nous y voilà, nous sommes enfin arrivés, après cette longue marche. Ce que nous cherchons est à portée de main, dans ce donjon. Bel ouvrage, au demeurant, cette sculpture en gueule de dragon géante. Impressionnant. »

« - Et qui te dit que c’est une sculpture ? Mais tu as raison, rentrons. J’ai pas mal de choses à t’expliquer. »



Image
Dernière édition par zcyn le Ven 22 Fév 2013 15:20, édité 1 fois.
Petit poney, petit poney,
tu es tout gris et tout petit, petit poney.
Avatar de l’utilisateur
zcyn
 
Messages: 944
Inscription: Jeu 3 Mar 2011 15:26

Re: Biographie RPiste

Messagepar zcyn » Ven 22 Fév 2013 13:13

Zcyn XXVII

Ashes to ashes


A l’intérieur il faisait moins froid. Mais il faudrait quelques minutes avant d’aller plus loin, le temps que leurs yeux se fassent à l’obscurité. Oscar reprit son discours.

« - L’Antre n’est pas notre destination finale. Vois-tu, je ne suis pas Belluaire ou Animiste mais eux-mêmes ne savent pas tout sur ces gros cracheurs de feu volants. Toi qui veux en tuer un, qu’as-tu appris sur eux dans les archives de ta guilde-qui-possède-un-donjon ? »

Kazanov se demandait si Oscar avait ou non récupéré de sa soirée de beuverie solitaire, et n’était pas en train de s’embarquer dans des élucubrations puisées au fond d’un verre. Il décida de lui accorder le bénéfice du doute.

« Créatures à forte affinité avec la magie. Jeunes, ils se gorgent d’énergie magique dans les montagnes de cristal. Adultes, ils migrent vers l’Antre. »


« - C’est ce que colporte la sagesse populaire. » concéda le Deva. « Cependant il manque des pièces au puzzle. A force de les traquer, de les observer, de répertorier leurs lieux de vie dans tous les recoins de la montagne de cristal et de l’île perdue, j’ai fini par me poser des questions. Et d’une, il est arrivé que ma route croise celle de spécimens deux fois plus gros que ceux de l’Antre… »

« Et ils n’ont plus jamais croisé personne d’autre. » ajouta Kazanov d’un ton qui pouvait s’interpréter comme du scepticisme aussi bien que de la flagornerie.

« - Et de deux, où sont donc les nids? Pas dans la montagne de cristal en tout cas. Logiquement, il doit donc exister une autre partie du monde, encore inconnue, reliée à l’Antre par un portail. »

« C’est une hypothèse comme on peut en avancer tant et tant. Déjà, où serait ce portail ? Ce n’est pas celui de l’entrée.»

« - Imagine un portail qui donne sur l’antre et que les dragons de toute taille puissent franchir, et imagine que seuls arrivent à passer dans le donjon les plus agiles, les moins appétissants. Imagine une certaine créature de l’Antre, à l’affût juste à la sortie du portail, de taille à faire son casse-croûte d’un dragon adulte. Et dont tu vas attirer l’attention. »

« Pardon ? »

Tout en suivant mécaniquement son compagnon qui s’était engagé dans la succession des salles et des couloirs, Kazanov mesurait l’abîme qui le séparait des guerriers de légende, des vétérans de la trempe d’un Hector. Il était venu solliciter l’aide d’un vieux paladin tombé dans l’anonymat pour abattre un dragon de l’Antre, ce qui lui paraissait le summum de la bravoure. Et voilà qu’on lui demandait comme la chose la plus naturelle du monde, de kiter… rien moins que Tamahakan.

Et d’ailleurs ils étaient déjà arrivés. Nom d’un chien qu’il était gros. Et proche, beaucoup trop proche. Et encore, ça c’était avant qu’Oscar lui donne cette grosse bourrade dans le dos qui le précipita aux pieds de la plus puissante créature que ce monde ait porté. « Hardi, petit ! »

Jamais Kazanov n’aurait cru être capable d’avaler autant de potions en si peu de temps. Jaune, rouge, bleue, verte, n’importe quoi pourvu que ça se boive. Et dans son dos la tapette à mouches, modèle géant, de Tamahakan s’abattant de plus en plus près.
<Hâte soudaine>
<distorsion>
<rythme accéléré>
<esquive ultime>

Après coup il réalisa qu’il avait réussi à lancer tout ça en à peine un demi-tour de salle. Et que s’il était encore en vie ce n’était pas grâce à ses breuvages et ses sortilèges, mais parce-que le portail était bien là. Même s’il avait su que ça conduisait directement en enfer, l’assassin se serait rué au-dedans sans hésiter.

Il mit un peu de temps à retrouver son souffle.

« Vous…. pfff pffff…. me refaites jamais… pfff… un coup comme ça… pfff pfff pfff. »

Le paladin ne l’entendit pas, perdu dans la contemplation de ce lieu qu’il découvrait, qu’il était même le premier à découvrir. Un vent en tourbillons, emportant la poussière soulevée par ses pas. Un air sec, froid, raréfié, aux vagues relents de soufre. De hautes montagnes abruptes, que les nuages ne franchissaient pas. Des parois volcaniques, d’un gris uniforme si l’on exceptait une tache plus sombre dans le lointain. Aucune voie d’accès hormis le portail… et le ciel. Il se retourna et prit le jeune Asuran par les épaules.

« J’avais raison, petit ! J’avais raison ! Ils sont là, les adultes, les nids, ils sont tous là, depuis toujours… »

Kazanov le trouva transformé. Plus rien à voir avec l’irascible vétéran qui la veille encore noyait son amertume dans celle de la bière. Aujourd’hui il rayonnait, redressé de toute sa stature, respirant à pleins poumons. Le gnoll aussi semblait réveillé d’un long sommeil, bavait comme jamais et émettait en continu un grognement sourd trahissant l’impatience et la convoitise, comme si on lui montrait un quartier de viande crue et qu’on tardait à le lui donner. Car tout autour, il y avait les dragons !

Incontestablement plus gros que les Bahamuts dressés qu’il avait pu voir au Village caché.

Le paladin étendit le bras en un mouvement circulaire.

« - Choisis ! »

L’assassin en désigna un qui se tenait un peu à l’écart de ses congénères. Oscar attaqua derechef, sans aucune préparation préalable. Occupé à incanter ses propres bénédictions et à choisir la potion adéquate, l’Asuran eut le loisir d’observer de loin les premiers instants du combat. Indubitablement c’était de la technique de paladin. Des frappes appuyées, lentes, ciblées. Pas d’esquive sauf pour les énormes coups de mâchoire, et pour la flamme, qui passait toujours quelques centimètres trop à gauche, ou à droite. Encore s’agissait-il moins d’esquive que d’un bon placement et d’une anticipation du rythme respiratoire de la bête. Pour le reste, il laissait les coups du dragon porter, comptant sur son bouclier et sur son gnoll. Ce dernier assumait un rôle essentiellement défensif, restant près de son maître dont il couvrait le flanc, les protégeant tous deux de son immense bouclier rond, le fameux bouclier gnoll, réputé indestructible. Le familier frappait là où il était, assenant de lourds et puissants coups de masse, qui à la longue écrasaient les os, rompaient les articulations, perçaient la cuirasse d’écailles et faisaient sourdre le sang.

«- Quand tu veux, petit ! »

Kazanov accourut, cherchant un point faible et regrettant de s’être spécialisé dagues. Ces armes trouvaient aujourd’hui leur limite, et ça s’appelait l’épaisseur d’une écaille de dragon adulte. Il parvint finalement à placer une série de coups d’estoc sous la gorge. Méthodiquement pour l’un, avec l’ardeur brouillonne du débutant pour l’autre, les deux compagnons poursuivirent leur travail de sape, et après quelques minutes supplémentaires le lézard monstrueux s’affaissa pour ne plus se relever.

« - Félicitations jeune assassin, vous venez de conquérir vos galons ! La première page de la légende de Kazanov.»

« C’est vous qui avez tout fait. Et vous n’avez même pas utilisé votre Protection divine !»

« - Tu arrangeras l’histoire. Ma Protection, je la garde pour… »

Le paladin se tut et entreprit de remettre son équipement en état et d’inspecter le Gnoll. Puis, le regard vers un point plus sombre sur le bord opposé du cirque de montagnes volcaniques, tournant le dos à l’apprenti héros, il reprit :

« - Je te laisse le dépecer, j’ai à faire. Les écailles majeures, celles du dos, elles se vendent bien. Tu sauras retrouver ton chemin. Ah, et puis, si le gnoll… hé bien, s’il survit, tu t’en occuperas. »

Même mort, le dragon restait diablement coriace et c’est avec les plus grandes difficultés que Kazanov s’escrimait à détacher ne serait-ce qu’une de ces écailles si rares et si recherchées, qu’il pourrait revendre à prix d’or, et qui lui vaudraient honneur et renommée. Peut-être même directement le Septième rang, par équivalence. Ce qui affermirait sa position au sein de sa guilde des SertLeThé. PepsiDreamer en était le leader pour l’instant, mais un jour il faudrait qu’il passe la main, et alors…

Comment ça, si le gnoll survit ?

Kazanov se releva et scruta l’horizon. Il avait vu Oscar partir vers cette montagne plus sombre, au loin. Il regarda mieux. Impossible de distinguer le paladin. Il vit l’aura d’une Protection divine, et puis…
Les dagues tombèrent au sol.
« Par la Déesse ! »

Ce n’était pas une montagne, ça en avait la taille seulement.

<Hâte soudaine>

L’assassin courait de toute la vitesse dont il était capable. Ses mains fouillaient fébrilement sa besace, à la recherche d’un parchemin de résurrection. A mi-chemin il dut s’arrêter, la chaleur l’empêcha d’avancer plus loin. C’était comme si tous les dragons adultes du Nid, comme si tous les Bahamuts du monde soufflaient à l’unisson. L’intensité des flammes devint insoutenable, il dut détourner les yeux.

De longues minutes plus tard il put enfin s’approcher. Au sol, des cendres à forme encore vaguement humaine, que le vent achevait de disperser. Sa main se crispa sur l’inutile parchemin. Il dut encore attendre avant de pouvoir ramasser l’unique vestige, un bouclier gnoll en piteux état.

Il fallait prononcer quelques mots. C’était idiot, personne n’était là pour entendre. Et il était guerrier, pas poète. Mais il fallait prononcer quelques mots.

« Une légende s’écrit de la première à la dernière page. Adieu Oscar, puisse ton âme vivre en paix parmi celles des dragons, et ton exemple inspirer les aventuriers qui viendront. »

Il traversa comme un fantôme l’Antre silencieux et lugubre. Il avait appris presque autant en à peine vingt-quatre heures avec Oscar que pendant toutes ces années auprès des maîtres d’armes de sa guilde. Sur l’adversité, sur la destinée. Sur lui-même. Mais pourquoi l’expérience devait-elle se payer un tel prix ?

Arrivée à l’entrée, des mots lui revinrent à l’esprit. « Et qui te dit que c’est une sculpture ? ». Il passa le portail.

Au dehors, la neige avait commencé à tomber.



Image
Dernière édition par zcyn le Jeu 14 Mar 2013 17:12, édité 1 fois.
Petit poney, petit poney,
tu es tout gris et tout petit, petit poney.
Avatar de l’utilisateur
zcyn
 
Messages: 944
Inscription: Jeu 3 Mar 2011 15:26

Re: Biographie RPiste

Messagepar zcyn » Lun 11 Mar 2013 18:01

Zcyn XXVIII

Frag frag frag



Cachée derrière le tronc d’un cerisier en fleurs, Zcyn guettait les allées et venues des tortues.

<Vague funeste>


Question efficacité ce sort ne valait pas tripette, mais la portée était intéressante, et ça économisait un frag. Le plus long n’était ensuite pas tant de tuer la tortue que de retirer quelques écailles à sa carapace. Bientôt il y en aurait assez pour le Forgeron Henry.

<Force des ténèbres sur Zcyn>
<Energie de la pierre sur Zcyn>
<Bénédiction de vitalité sur Zcyn>

« Tiens, les frères Mond ! » s’exclama l’assassine tout en continuant à dépecer la tortue.

« Hé oui, c’est nous. »
« On s’est installés à cette sortie de Rondo, un peu sur la droite. »
« Mais on ne voit pas grand-monde, au sortir de la ville ils foncent tous droit devant, vers Palmir. »
« C’est seulement maintenant que tu accomplis cette mission pour Henry ? Nous trois on a déjà notre Potion miraculeuse depuis longtemps. »
« On attend une bonne occasion pour l’utiliser. «

« C’est vrai » répondit Zcyn, je n’ai appris que récemment cette histoire sans fin de Jibril qui insiste avec ses sortilèges, Dawn Chrys dont les souvenirs s’en trouvent effacés à chaque fois, Henry qui compte les points, et toute la ville qui se garde bien d’intervenir et se goinfre de Potions miraculeuses. Je ne vais pas tarder à en avoir l’usage, le Chambellan de ma guilde a prévu de nous faire découvrir un nouveau donjon. D’ailleurs je vais vous laisser, j’entends déjà quelques grésillements télépathiques. »

« Avis aux Villains nouvellement promus. Instruction de vous rendre à la sortie Nord de Rondo et de vous mettre à la disposition du Chambellan Moonkir. Je répète,… »


Tant pis pour la Potion miraculeuse. L’assassine laissa tout en plan et remonta vers la porte Nord, où Moonkir s’était posté, accompagné de sa salamandre.

Qui se fit toute petite en voyant Zcyn et se cacha derrière son maître.

« - Tiens, bonjour asurane, Ton loup semble mieux apprécier nos retrouvailles que ma salamandre. Je ne pense pas que nous serons très nombreux, pas assez pour constituer un groupe entier en tout cas. On complètera avec ce qu’on trouvera sur place. »

« Ce n’est pas SirWatson qui nous accompagne ? »

« - Pas aujourd’hui. Il prépare avec Hésac le prochain Conseil des Guildes. Bon, on va pouvoir y aller, je vois Nazba la prêtresse et MissPiggy l’élémentaliste. Restez bien groupés derrière moi, en chemin nous traverserons une zone élite. Et les abords du donjon peuvent être délicats à négocier, ne perdez pas de temps à admirer la façade taillée à flanc de montagne, les anges sont du genre agressifs. Si quelqu’un se fait désarçonner de son ornitho, foncez sans vous retourner. »

En dépit de ces propos alarmistes, le trajet se déroula sans incident notable. MissPiggy, montée sur Lydian des sables, avait tendance à distancer le groupe. Gosse de riche.

Une fois sur place, Moonkir fit un petit topo en attendant l’arrivée éventuelle d’aventuriers pour étoffer la petite troupe.

« - Nazba, MissPiggy et Zcyn, comme tant d’autres vous êtes de nouveaux promus. Vous avez signé le registre des prêtres, des élémentalistes ou des assassins, et certains rudiments de vos nouvelles compétences vous ont été enseignés. Comme à tous les nouveaux prêtres, élémentalistes et assassins du monde entier. Et c’est ici que tout ce beau monde va affluer en un brassage hétéroclite de talents, d’équipements et de familiers. Ici vous côtoierez le pire et le meilleur, les stuffs montés de bric et de broc et les doubles invocations de dragons blancs, vous vous mesurerez aux uns et aux autres, vous ferez la fierté ou la honte de votre guilde, vous commencerez à vous faire un nom ou vous resterez une ligne de plus sur un registre de plus. Vous détesterez ce donjon, ses salles innombrables, ses couloirs absurdement longs, ses portails impossibles à mémoriser. Vous mourrez dans des culs-de-sacs, vous parcourrez des lieues dans le mauvais sens. Vous rêverez du Sixième rang qui vous permettra de sortir de Palmir, mais quand ce jour arrivera le combattant confirmé que vous serez devenu retiendra une larme en se rappelant le nouveau promu qui y entrait pour la première fois, avec ses rêves, ses craintes et ses espérances. Car Palmir n’est pas seulement le plus grand… »

MissPiggy venait de faire signe à quatre autres aventuriers et en profita pour interrompre le Chambellan. Sacré Moonkir, une fois lancé dans ses histoires il ne s’arrêtait plus.

« On les prend ? Ils ont un Glad. »

« - C’est parfait. Pour votre première fois, on ne va pas s’enfoncer beaucoup. Ne me perdez pas de vue. Non Zcyn, pas la peine de lancer ta Cape, ça te ralentira trop et les monstres te repèreront quand même, les couloirs sont étroits. Si vous arrivez au portail 7 c’est que vous serez allés trop loin. Vous avez un plan des portails dans votre petit Manuel du parfait Villain. Notre spot est un couloir en coude, peuplé de créatures volantes similaires à celles de la Forêt obscure. Comme à Lune aride et aux Mines oubliées, le but n’est pas d’éradiquer les monstres mais d’affirmer notre prééminence.»

« Et se faire du butin ! » ajoutèrent en chœur les quatre nouveaux venus, sans qu’on leur ait rien demandé.

Moonkir réprima un sourire en voyant leurs familiers. Trois panthère et une tortue. Voilà qui devenait rare, il fallait les encourager. Le Belluaire lança diverses bénédictions, en guise de bienvenue. Cela dit, effectivement ils avaient bien besoin de butin.

« - Vous avez raison, les amis. Pas de pitié pour les mobs. Un coup ils dépouillent les aventuriers et leur prennent leur équipement, un coup c’est nous qui leur reprenons tout. En avant !»

Une fois sur place, pendant les échanges de bénédictions et en attendant que chacun lui ait donné cent frags mauves, le Chambellan prodigua ses derniers conseils.

« - Nazba, occupe-toi juste de soigner. Souvent tout commence bien et la tentation est grande de vouloir essayer ton Eclat de lumière. Mais bien qu’ici le flux de monstres soit beaucoup plus régulier et prévisible qu’aux Mines ou à El Kassia, il suffit d’un mob qui réapparaît au mauvais endroit, d’un aventurier qui passe avec une patrouille à ses trousses, pour que tout dérape. Maintiens le glad en vie, c’est lui qui va prendre les coups. N’épuise pas ton énergie magique à soigner des mages, ce sont souvent des têtes brûlées. Révérence garder, MissPiggy. Je me charge de soigner les familiers. Si tu es attaquée, signale-le, gagne du temps, mais ne cours pas. MissPiggy et ta fée rouge, utilisez votre magie offensive à votre guise, avec deux limites : ni Nazba ni le glad ne doivent en pâtir. Si tu attires l’attention d’un mob sur toi, n’attends pas que le glad essaie de le récupérer ou que Nazba te soigne. Zcyn, je vais fragger pendant les dix premières minutes, ensuite je te laisse faire. Observe bien comment je m’y prends, il y a une cadence à trouver, un rythme régulier qui est propre à ce donjon. En général dans les spots de Palmir il faut prendre en compte trois monstres, celui que le groupe attaque, celui qui vient de réapparaître et qui va mettre quelques secondes à reprendre ses esprits et à parcourir la distance qui nous sépare de lui, et celui que le groupe vient de tuer et qui va réapparaître on ne sait où. Toi, tu dois faire en sorte que nous soyons constamment en train de taper sur un mob, et un seul. Sauf bien sûr si Nazba se fait attaquer. Dans ce cas tu cherches même pas à comprendre, tu fonces tête baissée. Mais sinon, nous on tape, on tape, on tape et toi c’est frag, frag, frag.»

Zcyn hocha la tête. « Je comprends. Cela requiert des sens toujours en éveil, un jugement infaillible, des réflexes très au dessus de la moyenne, une acuité visuelle hors du commun, une capacité d’anticipation sans défaut. Bref, cela requiert un assassin. »

« - Pas vraiment » reprit Moonkir. « n’importe qui peut le faire, mais les autres, eux, ils sont utiles à quelque-chose. »

Image
Petit poney, petit poney,
tu es tout gris et tout petit, petit poney.
Avatar de l’utilisateur
zcyn
 
Messages: 944
Inscription: Jeu 3 Mar 2011 15:26

Re: Biographie RPiste

Messagepar zcyn » Lun 25 Mar 2013 11:54

Zcyn XXIX

Navis Lamia

L’espiègle Fargdun sortit du portail de l'Ile des Apprentis et prit d’emblée la direction de la Forêt Verte. Franchissant d'un bond les barrières qui bordaient le chemin, courant dans l'herbe à légères enjambées, avec de ci de là un écart pour épargner une pâquerette, elle arriva rapidement à pied d’œuvre. L’insouciance au cœur, à la bouche une chanson, elle entreprit de ramasser les fleurs qui parsemaient les clairières. Malheur aux massives tortues qui se trouvaient là ! D’un bond, l’agile Fargdun se juchait sur leur carapace, les transformant pour un instant en montures improvisées, ou en involontaires partenaires de saute-mouton. Les panthères la laissaient en paix, et quant aux petits loups bleus, il n’était pas rare que l’un ou l’autre vienne à elle, tenant délicatement entre ses mâchoires une fleur qu’il déposait à ses pieds.

Après les champignons d’Horizon (au Nord), puis la recherche d’œufs de tortue dans les sables de la même Horizon (au Sud cette fois), la jouvencelle aimait terminer à l’Ile des apprentis ses journées de cueillette. Quel ennui de devoir ensuite passer ses matinées sur les marchés de Katan ! Mais voilà, c’est là que ses potions, ses baumes, ses onguents, ses élixirs, se vendaient le mieux. Les Asurans étaient aussi prompts à la bagarre qu’ignares dans l’art de guérir les plaies et bosses, ce qui en faisait des clients tout désignés.

Fargdun tendit la main vers une plante pour la ramasser. Mais…

<Flèches enflammées>


La jeune fille se rejeta en arrière. Carbonisée, la plante ne ferait plus profiter personne de ses vertus médicinales.

<Piège de terreur>


Les panthères et les louveteaux, pris de panique, se mirent à courir dans tous les sens. Les tortues aussi d’ailleurs, mais leur lenteur rendait l’effet moins perceptible.

<Piège explosif>


Deux panthères moururent sur le champ, déchiquetées par l’explosion. Fargdun repéra enfin le sorcier.

« - Alors, petite marchande de fleurs, la récolte ne s’annonce pas très bonne, on dirait ? »

« Vil malotru, que diantre faites-vous ici à martyriser ces pauvres bêtes et à me faire perdre mon temps ? N’avez-vous donc point de monstres à aller occire dans les terres lointaines ? »

« - On m’avait parlé d’un navire qui venait de s’échouer au Nord des plages. Mais les créatures qui l’occupent sont si faibles que ma mana est encore presque intacte. Et le butin… n’en parlons même pas. J’ai tout laissé sur place. Alors je me défoule. Fumée pétrifiante, tu connais ? »

<Jugement divin sur le sorcier>


Cinq secondes plus tard l’Asuran sortit de son étourdissement.

« - Et allez, toujours la même histoire, le Deva au grand cœur qui surgit dès que je commence à m'amuser un peu. Quand ce n'est pas un paladin, c'est un champion. . On règle ça à l’Arène d’Horizon ? Terrain neutre.» Puis, se tournant vers Fargdun « Cela ne devrait pas prendre plus de cinq minutes. »

Les deux adversaires s’éloignèrent rapidement. D’ici peu le vainqueur reviendrait, vantant fièrement ses talents et son équipement. « Je ne doute pas que vous ne soyez très bien équipé », répondrait-elle, avant d’ajouter en baissant les yeux et en faisant semblant de rougir, « Oh mais qu’est-ce que vous me faites dire là ? ». Ca marchait à tous les coups.
La jeune herboriste haussa les épaules et ramassa son panier tressé. Elle avait assez de marchandise pour tenir son étal le lendemain. Ou peut-être déposerait-elle simplement le tout à l’Hôtel des ventes, ça rapportait un peu moins mais ça libérait la matinée.
Elle s’approcha de la falaise et s’assit, pensant à ce navire qui venait de s’échouer, loin là-bas, au Nord. Une panthère s’approcha et frotta son museau contre son épaule. Puis lui donna de petits coups de patte, avec précaution, toutes griffes rentrées. Et encore de petits coups de pattes. Et encore.


Fargdun ouvrit les yeux. Luerphédon était à moitié montée sur le lit. La panthère était ponctuelle, c’était l’heure de sa gamelle du matin. La vieille femme esquissa un geste pour étirer son corps voûté et chemina lentement vers la cuisine.

Les souvenirs et les rêves, c’est tout ce qu’il me reste.


Image
Dernière édition par zcyn le Ven 29 Mar 2013 11:38, édité 1 fois.
Petit poney, petit poney,
tu es tout gris et tout petit, petit poney.
Avatar de l’utilisateur
zcyn
 
Messages: 944
Inscription: Jeu 3 Mar 2011 15:26

Re: Biographie RPiste

Messagepar zcyn » Mer 27 Mar 2013 21:36

Zcyn XXX

Les vieilles barbes

Zcyn ne tarda pas à faire également son apparition dans la petite cuisine. Luerphédon quant à elle en fut chassée manu militari pour avoir réclamé avec trop d’insistance une deuxième gamelle.

« - Tu sais, Fargdun, j’ai l’impression que Moonkir, notre chambellan de guilde, ne m’apprécie pas tellement. »

« Moonkir, votre belluaire ? Ce sont des choses qui arrivent, chez les gens qui aiment et connaissent les animaux. Souvent, ils se détachent des hommes. »

« - Oui, je suppose qu’il connait bien les familiers, mais justement, à l’issue du raid de donjon à Palmir l’autre jour il m’a sorti des choses qui heurtent tellement le sens commun ! Il se moquait de moi. Comme quoi, une panthère, un loup, c’était trop banal, trop conventionnel pour un assa. Comme quoi, il fallait innover, explorer des configurations inédites. Et il a mentionné diverses créatures, dont le craken. Le craken ! Je suis sûre qu’il l’a fait exprès ! Il sait que c’est le seul type de carte d’apprivoisement que je parviens à looter. »

« Le Crumble à la Rhubarbe, tu connais ? Hé bien j’ai inventé ça il y a bien longtemps, un jour où je n’avais plus de compote de pomme. Et aujourd’hui, tous les marchands en vendent. Essaie, tente le coup. Où est-il d’ailleurs, ton craken, BrossBross, PoussPouss, c'est quoi son nom déjà… »

« RossPess ? Juste à côté, dans le lac Messi. L’eau, c’est son élément. Palmir en revanche, un donjon rocailleux dans une zone désertique, pas sûr que ça lui plairait. Et puis il faudrait que je l’aguerrisse un peu, or j’ai déjà à m’occuper de Sabaka, mon loup. Bon, peut-être, on verra. Mais pas aujourd’hui. Regarde !»

Zcyn mit sous le nez de Fargdun une convocation marquée, dans les quatre coins, du sceau du Conseil des Guildes.

« Oh oh, assemblée extraordinaire chez les vieilles barbes. Je ne vois pas ton nom dans la liste. Ce qui ne m’étonne guère, seuls les chefs de guilde et leurs aides de camp sont invités. »

« - Les vieilles... barbes ? »

« Onze grands anciens, nommés à vie, censément pourvus de tous les mérites du monde, mais surtout de celui d’être fort vieux. L’instance suprême. Même les guildes les plus puissantes reconnaissent son autorité et se plient à ses décisions. Lors des assemblées chaque chef de guilde a droit à la parole. Ceux qui possèdent un donjon sont plus écoutés, mais au final seuls les grands anciens votent. Toujours par oui ou par non. Et comme ils sont en nombre impair, toute question est forcément tranchée. Bon, mais sinon, tu n’es ni aide de camp ni chef de guilde, à ce que je sache ? »

« - En effet, notre chef c’est Hésac le sorcier. Il m’a dit qu’il m’expliquerait. D’ailleurs je file, je dois le retrouver à Katan .»

« Avis aux Villains Loupox le gladiateur, Nazba la prêtresse et Zcyn l’assassine. Instruction de vous rendre respectivement aux portails de Horizon, Laksy, Katan et d’y attendre le passage d’Hesac. Je répète,… »


L’asurane se posta non loin de l’Autel de la Déesse. Elle n’eut pas longtemps à attendre. Le sorcier et chef de guilde, flanqué de son aide de camp SirWatson, émergea du portail et se dirigea vers elle.

« Bonne matinée, Zcyn. C’est bien, tu as la liste des noms. Je t’explique rapidement, j’ai encore à voir Loupox et Nazba. Voilà. Il est de tradition que chaque alliance ou guilde possédant un donjon fournisse, les jours de conseil de guilde, un contingent de jeunes promus pour aider à la bonne organisation de l’événement. Tous avec la même tenue, pour que les gens vous identifient. Cette année, c’est blanc avec une espèce de colombe, pour symboliser l’idée que pendant la journée du Conseil, les guildes évitent de se taper dessus. Vaste blague, si tu veux mon avis. "

"- Je pourrai garder la tenue, après?"

"Non Zcyn, il faudra la rendre, malgré l'allure décontractée c'est une tenue officielle. Toi, comme Loupox et Nazba, tu resteras aux environs du portail, mais pas tout près non plus, pour ne pas gêner l'accès. Voici une pile de plans détaillés des lieux, à distribuer à tout ce qui ressemble à un chef de guilde. Hé oui, des guildes et des alliances il s’en crée dix par jour, on peut être chef et ne pas connaître Rondo. Donc, la liste, le plan, la tenue, c’est parfait. Ah non, il y a aussi cette annonce à répéter régulièrement à voix bien haute. »

L'assassine prit le papier qu’on lui tendait.


« Conseil des Guildes, mairie de Rondo, salle des cérémonies. Votre convocation vous sera demandée. Merci de laisser votre arme à l’entrée. Vestiaire à l’étage, toilettes au sous-sol.»


Image
Petit poney, petit poney,
tu es tout gris et tout petit, petit poney.
Avatar de l’utilisateur
zcyn
 
Messages: 944
Inscription: Jeu 3 Mar 2011 15:26

Re: Biographie RPiste

Messagepar zcyn » Mer 10 Avr 2013 16:14

Zcyn XXXI

Conseil des Guildes



La salle des cérémonies était immense, cependant il n’avait été disposé ni chaises, ni bancs, ni rien pour s’asseoir, et ce afin de gagner de l’espace. Les guildes étaient innombrables. Pour les plus petites, ces Conseils étaient l’occasion de faire connaître leur blason et leurs armoiries. Quant aux guildes riches et puissantes, leurs chefs rivalisaient dans le nombre d’aides de camp. En théorie ce nombre n’avait pas de limite. Simplement, le premier aide payait dix mille roupies pour entrer, le second cent mille, et ainsi de suite.

Hesac chef de guilde des Villains et SirWatson le gladiateur furent rejoints par PepsiDreamer, chef de guilde des SertLeThé et chef d’alliance. Il était seul.

« Kazanov n’est pas avec toi ? » s’étonna SirWatson

« -Il attend dans les coulisses, les Conseillers lui ont demandé de faire une communication solennelle. En fait, c’est pour ça que cette assemblée extraordinaire a lieu. » répondit PepsiDreamer, assez fier de son petit effet.

« Fichtre ! » s’exclama Hesac. « Rapprochons-nous de la scène, j’ai l’impression que les Barbes Blanches ne vont pas tarder à s’annoncer. »

Il ne purent cependant atteindre le tout premier rang, déjà occupé par Kévin Oussetonne, entouré d’une dizaine de RoxxorDuPoney. Hesac ne put s’empêcher de railler son embonpoint.

« Alors Kévin, il n’y a pas que tes chevilles qui enflent, bientôt il va encore te falloir une armure plus large. Tu es un peu notre crustacé à tous. »

« - Pour toi Hesac, je n’aurai qu’un mot : où sont mes sept milliards de roupies ? »

« Cette facture absurde ? Que dire, nous sommes pauvres, nous n’avons rien. C’est une vertu la pauvreté, sais-tu. La gourmandise, en revanche… »

PepsiDreamer lui donna un coup de coude.

« Ne le provoque pas » ajouta-t-il à voix basse, il peut faire raser notre donjon d’un claquement de doigts, et nous ne le bernerons pas une seconde fois. «

« - Et alors ? » rétorqua Hesac surpris. « Ce donjon-là ou un autre, qu’importe ? Ou même pas de donjon du tout. C’est la conquête qui compte, la bagarre, les beuveries pour fêter la victoire. Ou se consoler d’une défaite.»

PepsiDreamer soupira. Les deux amis se regardèrent.

« Tu as changé, Hesac. », gardant pour lui la suite de la phrase. « Avant, ce à quoi tenaient tes amis, tu y tenais aussi. »

« - Tu as changé, PepsiDreamer », tout en se disant in petto. « Ce donjon, on l’avait conquis à deux. Seuls contre toute la guilde adverse. Avant, tes mains te servaient à manier tes armes, pas à compter ton or. »

Un roulement de tambour mit fin à leur échange. Un officiel s’avança sur la scène.

« Chefs de guildes assemblés ici en ce jour, veuillez vous lever et faire silence. Le Conseil va faire son entrée. »

Il s’éclipsa. Des nouveaux promus vêtus de blanc soufflèrent une partie des bougies, assombrissant la salle, pendant qu’un autre groupe de promus s’empressait d’allumer celles qui étaient alignées au fond de la scène. Le roulement de tambour s’interrompit.

Les Conseillers traversèrent la salle, alignés derrière Buvenir, le Premier Conseiller, un vétéran de la guerre contre la Sorcière, un soldat qui avait connu cette époque troublée où les hommes se battaient non seulement contre les monstres, mais aussi entre eux. En deuxième position marchait l’Intendant du Conseil, Karcinaum l’élémentaliste. Par rapport à Buvenir il n’avait aucun passé glorieux, mais sa barbe était plus longue et ses cheveux plus blancs. On le soupçonnait de toutes sortes de trafics, de récupérer les sommes forfaitaires des ventes annulées à l’HdV, et surtout de toucher des pourcentages sur les trafics des uns et des autres. Mais rien n’avait jamais pu être prouvé. Il était très riche, en tout cas.

Buvenir s’avança tout au devant de la scène. Derrière lui, la longue table du conseil, et les dix autres Anciens assis, faisant eux aussi face au public. Chacun remarqua une douzième chaise, inoccupée.

Le Premier Conseiller parcourut l’assistance du regard, avec une expression de bienveillante autorité. Puis il fit signe aux nouveaux promus en tenue blanche de quitter la salle, et attendit, immobile, que les lourdes portes se soient refermées derrière eux. Alors seulement, sans hausser la voix, sans faire un geste pour demander le silence, en homme habitué à être écouté, il ouvrit la séance.

« Soyez tous les bienvenus. Merci à ceux qui ont fourni des nouveaux promus. Ces jeunes seront peut-être un jour à votre place, dans cette salle, comme vous serez peut-être un jour à la nôtre, sur cette estrade. Venons-en maintenant à l’objet de cette assemblée extraordinaire. Un événement important, et peut-être grave, vient de se produire sur l'Ile perdue.»

"Nous y voilà." commenta Kevin Oussetone à l'intention de ses aides de camps.

"On dirait bien que les Roxxors sont déjà au courant de que Kazanov va raconter." chuchota Hesac à PepsiDreamer, qui répondit de même. "Alors ils ont de bons espions. Même à moi, il n'a rien voulu dire."

Buvenir poursuivit son discours.

"Il est important que vous preniez connaissance des événements. Un témoin oculaire direct va maintenant vous donner tous les détails. Je laisse la place à..."

Il se retourna vers le fond de la scène, d'où surgit non pas Kazanov mais le même officiel qui avait ouvert la séance. Il prononça quelques mots à l'oreille de Buvenir, et chacun put voir le Premier Conseiller pâlir.

"Chefs de guilde je vous demande un instant. J'ai besoin de m'entretenir en privé avec l'Intendant du Conseil."

Buvenir congédia l'officiel et disparut avec Karcinaum.

"Karcinaum, l'officiel vient de m'informer que Kazanov était parti en claquant la porte et en hurlant, je cite, Se faire de l'argent sur la mort d'Oscar, mais c'est tellement abject, messieurs ce sera sans moi, les vieilles barbes je leur crache à la gueule." Buvenir s'interrompit mais aucune réponse ne vint.
"Intendant Karcinaum, je ne suis pas un perdreau de l'année, il m'est arrivé de manipuler les gens, de monter une guilde contre une autre, de laisser fuiter des informations. Tes petits trafics ne me dérangent pas, mais là on se retrouve comme des benêts avec personne à leur montrer, c'est tout le Conseil qui se trouve discrédité. Alors j'attends des explications."

"- Kazanov s'est emporté", finit par répondre Karcinaum en se tordant les mains. "C'est de famille, tu as connu le père, ils ont le sang chaud. Voilà, j'avais fait réaliser des portraits d'Oscar. On a mis ça sur un présentoir, à la sortie. Un hommage, un souvenir que chaque chef de guilde pourrait emporter. Mais forcément, il y a des frais, en plus on s'y est pris au dernier moment, il a fallu s'adresser à FoolFellow et..."

"Combien?" demanda laconiquement Buvenir.

" - Un million. C'est peint à la main, c'est du beau travail. Un portrait stylisé, un peu abstrait. C'est Oscar mais chacun peut un peu s'y reconnaître. En trois versions, blanc, noir et..."

"Un million?" rugit le Premier Conseiller. "Et bien ça se m'étonne pas que notre témoin oculaire n'ait pas aimé. Son père t'aurait étouffé avec ta propre barbe. Tu sais quoi?"

"- Euh... non" murmura l'Intendant. Il mentait un peu. Il sentait très bien que cette histoire de présentoir n'apporterait pas à ses finances le bénéfice escompté, bien au contraire.

"Hé bien, Karcinaum, le public en sortant sera convié à emporter un portrait en souvenir d'Oscar et de cette assemblée. Tout le public, pas seulement les chefs de guilde. Chaque portrait sera gratuit. Et tu y ajouteras, sur ta propre cassette, un million de roupies."

" - C'est entendu, Premier Conseiller. Gratuit, et cent mille roupies en cadeau."

"Un million de roupies."

"Un million, Premier Conseiller."

Les deux hommes réapparurent sur l'estrade. Karcinaum s'assit et Buvenir revint vers l'assistance.

"Chefs de guilde, faute de témoin oculaire je vais vous résumer les faits moi-même. Mais d'abord je veux vous montrer quelque-chose."
Un assistant s'approcha et sortit d'un sac un bouclier qu'il tendit au Premier Conseiller, qui le brandit à bout de bras.
"Ceci, chefs de guilde, est un bouclier gnoll. Ceux d'entre vous qui ont un gnoll n'auront pas besoin d'explications supplémentaires. Les autres pourront mettre un tel bouclier sur un pantin en sortant d'ici, et s'escrimer dessus avec toute leur guilde pendant une semaine, le bouclier paraîtra intact comparé à celui-là."
Buvenir parla encore, de l'Antre, du portail gardé par Tamahakan, du Nid. Surplombant l'assistance, il en percevait les différentes réactions. Au fond de la salle, les chefs inexpérimentés de guildes modestes, anonymes, qui se demandaient maintenant s'ils étaient bien faits pour la carrière des armes. Au milieu, les chefs de guildes moyennes, qui regrettaient que Tamahakan constitue déjà pour eux un obstacle infranchissable. Et aux premiers rangs les guildes puissantes, tels les Paragon Nightmare ou les RoxxorDuPoney, dont les chefs montaient déjà mentalement un groupe, afin d'être les premiers à....

"Premier Conseiller Buvenir! Face à cet immense danger que représente cette créature, nous les RoxxorDuPoney demandons à ce que les armes à composante d'énergie magique, dites éthérées, sur lesquelles nous travaillons depuis longtemps et que nous avons quasiment réussi à stabiliser, soient autorisées. Et même, vivement encouragées!"

Buvenir s'attendait à cette intervention de Kévin Oussetonne.

" - Le Conseil se prononcera d'ici à la prochaine assemblée. D'ici là, l'usage des armes éthérées demeure restreint à votre propre donjon.
Et maintenant, chefs de guilde, nous allons observer une minute d'acclamations à la mémoire de celui qui a découvert le Nid. Ouvrez grand les fenêtres, que toute la ville nous entende! "

Tous les Conseillers se levèrent et commencèrent à scander le nom du paladin disparu.

"Oscar!"
"Oscar!"

Les chefs de guilde, puis dans un deuxième temps les aides de camp, reprirent à l'unisson. Une fois la minute écoulée, le Premier Conseiller se tut et attendit que le silence revienne.
"Chefs de guilde, cette assemblée touche à sa fin. L'intendant Karcinaum a tenu à vous offrir deux présents, ils vous attendent à la sortie. Puissent-ils alléger votre peine, en ce jour assombri par la perte de notre ami et la découverte de ce nouveau péril qui nous menace."

Les portes du bâtiment furent rouvertes, laissant s'écouler vers le portail le flux des participants.
PepsiDreamer et Hesac prirent le million que leur tendait un officiel. Derrière lui, deux coffres ouverts, et l'Intendant Karcinaum qui s'épongeait le front.

"Je me demande ce qui serait le pire", s'interrogea le chef des Villains à voix haute, "que ce gros dragon sorte de son nid, ou que Kevin Oussetonne devienne membre du Conseil."
Il quitta son ami, après avoir convenu qu'il faudrait reparler de tout ça en réunion restreinte d'Alliance. Puis il prit le portail pour Katan.

« ...vestiaire à l’étage, toilettes au sous-sol.»

C'est bon, Zcyn, tu peux rentrer chez toi, le Conseil est fini.



Image
Petit poney, petit poney,
tu es tout gris et tout petit, petit poney.
Avatar de l’utilisateur
zcyn
 
Messages: 944
Inscription: Jeu 3 Mar 2011 15:26

Re: Biographie RPiste

Messagepar zcyn » Lun 22 Avr 2013 17:08

Zcyn XXXII

Obscure Forêt


L’heure du souper était venue. Fargdun disposa deux bols sur la table rustique, puis les cuillères de bois, les gobelets, la jatte, tout en surveillant du coin de l’œil l’épaisse marmite de fonte suspendue au dessus du feu. Allongée tout près de l’âtre, la panthère de Zcyn dormait profondément. Rien de tel qu’une soupe de légumes pour avoir la paix avec Luerphédon. Cela n’aurait pas été la même histoire avec un bouillon de poulet, ou un poulet au gros sel, ou n’importe quoi avec du poulet dedans. Il faudrait prévenir l’assassine que maintenant qu’elle utilisait principalement son loup et en faisait un animal de combat, la panthère désoeuvrée, du coup, se muait peu à peu en un gros chat domestique. Justement, la porte s’ouvrit.

« J’ai passé une journée assez stupide » lança Zcyn avec une pointe d’irritation, « à distribuer des plans de Rondo et à renseigner les gens à propos du Conseil qui s’y déroulait. J’ai vu tout et n’importe quoi, des chefs de guilde qui étaient tout juste de Deuxième rang, des blasons avec un navet, des armoiries avec un râteau et une pelle croisés. Et de ces noms stupides! Les Joviaux marsupiaux, les Dark ténèbres de l’ombre, les Génies sans bouillir… Et le mieux, c’est que je ne sais même pas ce qu’il s’y est dit, à ce stupide Conseil. Les nouveaux promus n’étaient pas admis, même ceux de Rondo ont dû sortir de la salle.»

Fargdun déposa la marmite sur la table et sortit la louche d’un tiroir.

« - Hé bien, il ne s’y est pas dit grand-chose, rien qui nous concerne vraiment. Ils ont juste annoncé la découverte d’un gros monstre dans un coin de l’Ile perdue. Bah, s’il avait voulu sortir de son repaire, ça fait longtemps qu’il l’aurait fait. Moi ce que j’en dis, c’est s’il se tient tranquille, qu’on le laisse tranquille. Tiens, passe-moi ton bol. »

« Le voilà. C’est quand même paradoxal que ce soit toi qui m’apprennes tout ça, alors que c’est moi qui ai reçu la convocation. »

« - Que veux-tu, j’ai beau être un peu à la retraite de mon commerce de fleurs, les gens me connaissent encore sur les marchés. Tiens, on m’a aussi donné des portraits du gars qu’ils ont honoré à titre posthume, tu pourras accrocher ça au mur de ta chambre. Quelle version préfères-tu, en blanc, en noir ? »

« Fais voir. Hé mais, je le connais, il m’a prise dans son groupe au lac de la petite sorcière, c’est grâce à lui que… et tu dis qu’il est mort ? » interrogea Zcyn qui resta pensive à fixer le mur sans le voir. Le sommeil qui la fuyait, son origine restée un mystère, les animaux qui avaient peur d’elle, les armes qu’elle ne parvenait pas à enchanter hormis les dagues et les épées, et maintenant ce combattant d’élite, disparu après avoir croisé sa route.

Fargdun la vit songeuse et changea de sujet.

« - Et demain, qu’as-tu au programme ? Tu vas en ville acheter de l’équipement ? Ou en donjon avec ta guilde ? »

« Pourquoi demain ? » répondit Zcyn sans tourner la tête. « Je ne dors pas la nuit, et les monstres non plus. Je pars de suite pour la Forêt obscure avec Sabaka.

« - Entrainement nocturne avec ton loup ? Entendu. Pour ma part je vais me coucher. Je remets la marmite au dessus des braises. »

Une demi-heure plus tard l’assassine inspecta son équipement puis se mit en route. Katan, portail, Rondo, sortie Est. Elle avait joué les fiers-à-bras devant Fargdun mais en réalité elle ne savait pas trop à quoi s’attendre. Sa connaissance de la Forêt obscure était rudimentaire, elle savait seulement qu’il fallait éviter les anges, implacables machines à tuer sous leurs airs faussement bienveillants. Son objectif était donc une zone peuplée de nagas, que les Gaians appelaient aussi tafaris, et de wyverns, ces féroces créatures volantes qu’elle connaissait un peu depuis ce raid à Palmir avec Moonkir, le belluaire de la guilde.
Palmir… ha ! Il ferait beau voir qu’elle y retournât. Cantonnée à un rôle subalterne de jeteuse de frag, sous la surveillance critique de Moonkir et les récriminations du groupe lorsque le flux de mobs se faisait trop lent, ou au contraire trop rapide. A la fin de l’heure de raid, livide, torturée de migraines suite aux résurrections approximatives et trop rapprochées da la malhabile prêtresse Nazba, l’assassine avait pris sur elle pour ne pas faire un esclandre et embarrasser Moonkir devant les non-guildies du groupe, mais elle s’était juré de se limiter désormais, question monstres, à ce qu’elle pouvait affronter en solo.

Quant à son équipement, nonobstant les observations moqueuses que même Fargdun lui faisait à propos d’icelui, elle avait finalement résolu de n’en changer qu’une fois arrivée au Cinquième rang. Une décision en premier lieu dictée par les limitations de son budget, mais aussi une façon de s’habituer d’abord à ses nouveaux pouvoirs, sa nouvelle force depuis qu’elle avait été promue assassine.

Elle interrompit ses réflexions en reconnaissant les abords de la Forêt obscure. « On y est presque », chuchota-t-elle à Sabaka, « fais-toi le plus discret possible. »

Il furent bientôt en vue d’une masure en flammes, environnée de wyverns et de nagas.

« Une fois de plus je me retrouve ici. Là où l’on m’a trouvée, paraît-il. » pensa Zcyn, avant d’ajouter à voix haute « C’est parti, Sabaka, on va commencer par les wyverns. »

Quelques heures de combats acharnés plus tard, l’assassine au vu de l’amenuisement de sa réserve de potions et de la charge de ses pierres d’âme, décida d’en rester là pour cette nuit. Elle s’assit pour dresser le bilan de cette session nocturne.

« Question butin c’est vite fait » constata-t-elle avec un sourire désabusé. Mais il ne fallait pas s’attendre à autre chose. Ces monstres étaient chez eux ici. Contrairement aux couloirs étroits de Palmir, les nagas pouvaient prendre du champ et les wyverns de l’altitude. Les atteindre était malaisé, les tuer était long, surtout avec des dagues de Troisième rang. Mais c’est précisément cette difficulté qui avait attiré Zcyn à cet endroit. Etre en mesure d’affronter deux wyverns à la fois tout en restant assez discrète pour ne pas attirer l’attention d’une troisième, et en évitant les attaques à distance d’une Naga embusquée, c’était un but en soi, qui valait la peine de se donner à fond. Et qu’elle n’avait pas atteint cette fois-ci, loin de là. Il faudrait revenir souvent.

L’autre satisfaction était son loup, Sabaka. C’était l’image même de la discipline, subordonnant totalement ses actions à celles de sa maîtresse, constamment attentif aux ordres de Zcyn et attirant sur lui l’attention des mobs quand il la voyait temporairement frappée d’étourdissement ou de paralysie. L’antithèse d’une Luerphédon, dont les fulgurances brouillonnes, les assauts à contretemps ou sur la mauvaise cible manquaient pourtant à l’assassine. Mais la fiabilité et l’efficacité du loup reléguaient la panthère au rang d’animal de compagnie.

L’imminent lever du soleil rendit en quelques instants la densité de mobs beaucoup plus menaçante, et Zcyn cherchant un recoin plus sûr se rapprocha de la maison en flammes, de l’angle qui était presque accolé à la montagne. Le coin, là, à l’abri des regards. Elle y était presque.

Les Wyverns et les Nagas disparurent.

Zcyn refit un pas en avant, les monstres réapparurent. Un pas en arrière et tout était là, les collines, le sentier, la ligne des montagnes au loin, la végétation figée dans sa minéralité. Mais pas les monstres. Il y avait une zone, très petite, que l’assassine incrédule délimita, où seul le paysage subsistait. Elle envoya Sabaka quelques mètres en avant, il disparut. Elle le rappela, il ne revint pas. Deux pas en avant, le loup était là et accourut vers elle.

« Soit cet angle a des propriétés magiques, soit j’ai des hallucinations » se dit la jeune fille. « Hmmm, je me demande si c’est vraiment des légumes qu’elle met dans sa soupe, Fargdun. »


Image
Petit poney, petit poney,
tu es tout gris et tout petit, petit poney.
Avatar de l’utilisateur
zcyn
 
Messages: 944
Inscription: Jeu 3 Mar 2011 15:26

Re: Biographie RPiste

Messagepar Bigdard » Sam 4 Mai 2013 16:52

Waouh! J'adore, le style est très bon et l'histoire excellente! :smile:

J'ai hâte de lire la suite! Bravo!
Druidard : Archi 166 / Myiuki : Senti T1/ Keurkeurkeur : Nécro 160 : Séraphin
Avatar de l’utilisateur
Bigdard
 
Messages: 166
Inscription: Ven 16 Nov 2012 01:39
Localisation: En Donjon avec la guilde

Re: Biographie RPiste

Messagepar zcyn » Ven 10 Mai 2013 16:09

Zcyn XXXIII

Marduka Sud



Les semaines avait succédé aux semaines, puis les lunes aux lunes. Sabaka le louveteau bleu était devenu un loup de guerre. Il s’était habitué aux entrainements nocturnes dans la Forêt obscure, sommeillant le jour et retrouvant le soir venu toute sa vitalité, dès qu’il percevait le crissement des dagues au contact rugueux des chiffons en peau de dragonnet, ou l’odeur de la graisse de kukuri que Zcyn appliquait, pour les assouplir, sur les pièces en cuir de son armure de chasseur.

Les wyverns ? Ils en faisaient leur affaire désormais. Les attaques étaient dangereuses mais tellement prévisibles. Il y avait ce léger repli des ailes vers l’arrière, juste avant que la bête ne fonde sur sa proie pour une frappe double, toujours la même, d’abord une extension des pattes griffues puis un basculement vers l’avant pour tenter de mordre, et enfin ces trois ou quatre battements d’ailes pour rétablir son équilibre, ce bref moment de vulnérabilité avant d’avoir repris suffisamment d’altitude pour être hors d’atteinte.

Les nagas ne posaient plus guère de difficultés, elles non plus. Zcyn avait remarqué qu’elles ne tiraient qu’à l’arrêt, après s’être positionnées à une distance qui ne dépendait que de la taille de l’animal. En restant en mouvement, ce qui pouvait se faire même pendant un combat contre des wyverns, on contraignait la naga à se repositionner sans cesse. Quand celle-ci parvenait enfin à tirer, on disposait de deux bonnes secondes avant l’attaque suivante, largement assez pour peu qu’on ait correctement anticipé le lancement de Hâte soudaine.

Ensuite il y avait eu la Mansion, cette grande bâtisse au sommet de la colline, peuplée de licornes noires et d’anges. Après coup, Zcyn dut s’avouer qu’elle y était attardée beaucoup plus longtemps que ne le nécessitait l’assimilation des techniques de combat des mobs. Car la seule difficulté était de distinguer ceux qui attaquaient seuls de ceux qui s’y mettaient à plusieurs. Le combat qui s’ensuivait était trivial. Par contre les bougres frappaient fort. Sabaka et sa maîtresse alternaient, pour la première attaque, celle qui attirait l’attention des mobs. Ainsi ils s’évitaient des temps de récupération trop importants. Lame sanglante ne soignait pas grand-chose. Et les potions rouges, quelle blague, ça servait juste à faire joli sur les étalages des marchands.

Une fois cependant, les frères Mond s’étaient trouvés là, et Zcyn s’était laissée gagner par l’ivresse des buffs, se jetant au cœur de la mêlée sans plus se soucier de rien sinon d’attaquer encore et encore, toujours plus de mobs à la fois, plus vite, toujours plus vite. Osmond le prêtre n’arrivait plus à suivre. Elle leur avait laissé tout le butin de la journée. Une lance, trois sacs de vagabond et autant de cartes vides de crakens.

Maintenant il fallait passer à autre chose, et Marduka était une étape obligée. Par MissPiggy et d’autres guildies qui commençaient à s’aventurer à El Kassia, elle avait eu des échos d’Aurumis, que les gaians nommaient aussi Raa. « Il est magnifique, il scintille de partout, on le croirait fait d’or et d’argent. Mais bien sûr je ne l’ai vu que de loin. Il a dû coûter cher à fabriquer. Je voudrais bien un familier comme lui. Tu aimes mon nouveau shampoing au chèvrefeuille ? »

Depuis le lac de la Forêt obscure, l’assassine prit vers le Nord et s’engagea dans le défilé. Et à mi-chemin, quand les ténèbres perpétuelles de la Forêt firent place à l'impitoyable soleil de Marduka, elle faillit bien renoncer.

« Cette chaleur ! Cette poussière ! Pas un coin d’ombre, pas un brin d’herbe. On va pas se battre aujourd’hui Sabaka, c’est injouable, c’est vraiment pas mon monde ici. On reviendra de nuit, on va juste essayer de repérer un spot dont on m’a parlé. »

Zcyn obliqua plein Est, longeant la montagne qui les séparait de la Forêt obscure, et atteignit sans encombre le lieu recommandé dans le Manuel du parfait Villain pour les gens de Quatrième rang comme elle. Elle prit ses repères, nota les distances de détection des mobs, leur vitesse, leur nombre, Le bilan s’avéra peu encourageant. « Bon alors en résumé, ça grouille de partout, ils repèrent de loin, vont très vite, attaquent en groupe et comme ils sont tout petits et de la même couleur que le sol on ne les voit pas. »

Elle chercha à se convaincre qu’il en irait ici comme il en avait été pour la forêt obscure, qu’après tout si ce spot était recommandé ça ne devait pas être si difficile. D’ailleurs un aventurier venait d’apparaître à l’horizon et se dirigeait vers ici, elle verrait bien comment il s’y prend.
« Ah il a un ange comme familier, pas mal. Tiens il vient vers moi, l’ange. Je ne connais pas trop, c’est un truc de buffs et de soins, je crois. Hé mais… aïe ! Qu’est-ce qui lui prend ? »

Au donjon de l’alliance, le préposé aux amplificateurs télépathiques écarta les demi-sphères vermeilles qu’un système de pantographe fixé au plafond. maintenait autour de ses oreilles. Le filament en or qui les reliait venait de fondre. Il entra dans la pièce attribuée à Hesac, chef des Villains.

« C’est vraiment pratique, les relais télépathiques que le Conseil des Guildes est en train de faire installer sur tous les points en hauteur, comme les tours de guets de Marduka. Par triangulation, cela permet de localiser les appels. Par contre, il faudra dire aux gens de couper le contact quand ils sont sur le point de trépasser. A chaque fois, le pic de charge ça me vrille les oreilles »

Hesac leva un regard inquisiteur. La mort d’un guildie ne lui était pas indifférente.

« Enfin ce que je veux dire » reprit le préposé, « c’est que surtout ça abime le matériel. Le filament en or, déjà. Et moi je n’en ai pas en réserv…«

« - Qui ? Où ? » l’interrompit Hésac.

« Zcyn. Marduka Sud. Un gars de la guilde TourneBroche. »

« - J’y vais. Va dans l’aile des SertLeThé et appelle PepsiDreamer. Non, plutôt Kazanov. »

TourneBroche ? Ce nom de guilde ne lui disait rien. Les Villains n’étaient en conflit ouvert avec personne ces temps-ci. Probablement voulait-il le spot pour lui tout seul. Mais sait-on jamais, mieux valait ne pas y aller seul, ce genre de situation tournait trop souvent à la bataille rangée. Si les TourneBroches voyaient en face non pas une guilde mais une alliance, ils hésiteraient. En principe.

Une demi-heure plus tard, Zcyn ouvrit les yeux. Migraine. Nausées.

« Où suis-je ? »

Hésac se tourna vers le SertLeThé.
« - Tu me dois mille roupies, Kazanov. »

« Pfftt, ils disent tous ça, où suis-je. Aucune originalité. »

Le sorcier attendit que sa guildie ait recouvré ses esprits.

« - Ton loup nous a conduits jusqu’ici. Le gars ne t’embêtera plus. Duelliste médiocre. Et moi aussi j’ai un ange. On va rester là au cas où toute sa guilde débarquerait. Ah tiens, je te présent Kazanov, assassin de Sixième rang. »

« Septième « répondit Kazanov. « C’est tout récent, un décret spécial du Conseil des guildes. » Puis il tendit la main vers Zcyn.
« Dagues ? »

« Dagues. »

Sans ajouter un mot l’assassine lança sa Fureur et entreprit de se mesurer aux chats sauvages et autres créatures locales. C’était rassurant d’avoir les deux guerriers d’élite à proximité. Mais elle aurait autant aimé qu’ils s’éloignassent. Ses dagues de Troisième rang avaient du mal, ses bottes, casque et gants de Deuxième rang protégeaient assez peu. Pas question de se prendre un groupe, il fallait fragguer pour n’en affronter qu’un à la fois.

« C’est du frag de premier niveau, c’est juste pour les séparer. » se crut-elle obligée de préciser à l’adresse d’Hésac et Kazanov.

Ceux-ci, désoeuvrés, s’assirent près du corps du TourneBroche et regardèrent la jeune fille se démener.

« C’est ça votre assassin de guilde ? »

« - Hé oui.» soupira Hésac. « Tu ne voudrais pas venir chez nous ? »


Image
Petit poney, petit poney,
tu es tout gris et tout petit, petit poney.
Avatar de l’utilisateur
zcyn
 
Messages: 944
Inscription: Jeu 3 Mar 2011 15:26

Re: Biographie RPiste

Messagepar zcyn » Mar 21 Mai 2013 16:17

Zcyn XXXIV

Promotion


Le soleil s’était levé sur Katan et, comme souvent, non seulement sa chaleur mais même sa luminosité peinaient à vaincre l’air froid et épais. Fargdun choisit dans son placard quelques infusions du matin. Le miel et le pain étaient déjà sur la table, l’eau chaude encore fumante aussi. Luerphédon dormait encore. Pas de gamelle ce matin, la panthère avait été mise d’autorité à la diète. Elle ne sortait plus guère depuis que Zcyn s’entrainait avec son loup, dans la Forêt obscure puis à Marduka.

Le pas léger de l’assassine ne fit pas craquer le plancher, en revanche la porte de la cuisine grinça.

« Je ne te demande pas si tu as bien dormi. » lança Fargdun.

« Certes non » répondit la jeune fille, « mais cette fois il y avait une bonne raison. Comme tu le sais, je ne m’en sors pas très bien à Marduka. Cela va faire deux lunes que j’y vais, sans être plus à l’aise que la première fois. La chaleur, la poussière, et puis surtout toute cette diversité de monstres. Des félins, des golems, des pinlits, des magiciens mardukans. N’importe quoi, n’importe où. Pas moyen de trouver son rythme. Je suis allée trouver le belluaire de guilde pour lui parler de mes difficultés. »

« - Marduka Sud » enchaîna Fargdun, « des monstres livrés à eux-mêmes, des rivalités de petits chefs pour le contrôle des zones. Ils sont comme nous, de ce point de vue-là. De part et d’autre du Wadi, des boss patrouillent, ça structure les territoires. Mais au sud, c’est le chaos. D’autant qu’on leur a largement abandonné les lieux. Le village de Mare, et jusqu’à certaines tours de guet. Bref, il a dit quoi, ton belluaire, Minkor, Morkin ? »

« Moonkir. Il m’a inscrite au concours de Cinquième rang. Cela me donnera accès à la zone nord de la Montagne de cristal, pas loin de notre donjon. Climat plus sain, monstres plus visibles, accès plus facile. Encore que sur ce point-là il m’a dit de me dépêcher d’en profiter, qu’on ne garderait peut-être plus le donjon très longtemps. »

Fargdun versa l’eau chaude dans les bols. Il lui semblait que c’était hier qu’elle avait recueilli Zcyn, et aujourd’hui woilà que sa petite protégée présentait le concours ! Jusqu’au Quatrième rang une attestation de la guilde faisait l’affaire, muni d’icelle on se rendait chez le marchand d’armes. Mais à partir du Cinquième rang c’est une des onze vieilles barbes du Conseil des guildes qui faisait passer l’épreuve. Théorique, puis pratique. Elle se demanda si c’était encore le conseiller Bougon qui s’en chargeait. Sévère mais juste. Mais surtout sévère. Et pour les armes, il fallait les dropper. Des armes perdues par les aventuriers vaincus, améliorées par les monstres pour leur propre usage, récupérées et reforgées par d’autres aventuriers, et ainsi de suite.

Une heure plus tard l’assassine était à pied d’œuvre. Un Conseiller surveillait ses deux aides, qui disposaient divers parchemins, roulés et scellés, sur une table.

« -Je suis Bougon ».

Le bien nommé, pensa Zcyn devant l’air renfrogné du Conseiller.

« - Et voici Chpok et Enterrepraïze, mes assistants. L’examen consiste en une question de n’importe quel ordre, puis d’un test de combat en situation réelle, dans une zone de fin de Quatrième rang que vous choisirez au hasard en désignant l’un de ces parchemins de téléportation. Assassine de Quatrième rang, êtes-vous prête ? La session est officiellement commencée. Saperlipopette, un instant, où est mon crayon ?»

« Il a roulé sous la table » répondit instantanément Zcyn en pointant le doigt. « On passe à la partie pratique ? » ajouta-t-elle malicieusement.

Le Conseiller faillit s’étouffer d’indignation.
« - Vous ne manquez pas de toupet, jeune fille. La question porte sur un exposé succinct des mérites respectifs d’un gemmage en sodalite ou spinelle, pour un prêtre cac à la lance affrontant des fées rouges de Laksy ouest dont un tiers sont des élites. Vous avez dix minutes. »

« Pardonnez-moi » chuchota l’assistant Chpok à l’oreille du Conseiller. « Techniquement la session était ouverte, une question a été posée et elle a répondu. Si sa guilde introduit un recours, le Premier conseiller Buvenir sera obligé d’en convenir et de vous donner tort. »

« - Chpok », répondit Bougon tout aussi silencieusement, « j’aime votre amour de la logique mais ne confondez pas logique et capillotraction. Néanmoins je me rends à vos arguments. »

« - Jeune fille », continua-t-il à voix haute, « Je plaisantais naturellement. Maintenant, désignez un parchemin ! »

Zcyn indiqua l’un des rouleaux. L’assistant Enterrepraïze rompit le sceau et déroula lentement le parchemin.

« Pas Marduka… pas Marduka… pas Marduka… » se répétait la candidate.

L’assistant se tourna vers Bougon, marqua une pause puis énonça « Il s’agit de Mar… »

« Et zut. » pensa Zcyn.

« Marmelade d’orange, infusion de tilleul, potions bleues. Ah, non, ça c’est ma liste de courses. Ha ha ha ! »

Bougon le regardait d’un air affligé. Chpok avait la tête dans les mains.

« Mais quoi, alors on ne peut jamais faire une blague ? Pour détendre un peu l’atmosphère. Humour décalé, tout ça. Bon ok, le spot c’est Forêt obscure, le coin des nagas et des wyverns. Zcyn vous aurez dix minutes pour montrer ce que vous savez faire. Tout sera pris en compte, le nombre de mobs tués, les coups reçus, l’harmonie avec le familier, l’usage à bon escient des sorts, etc etc. Si vous mourez vous serez ranimée et recommencerez à zéro avec une pénalité.»

« - Enterrepraïze, téléportez-nous ! » ordonna Bougon.

Dix minutes plus tard, Chpok et son collègue lancèrent une bénédiction sur Bougon, qui a son tour invoqua Sombre spirale. Toutes les wyverns et les Nagas alentour s’écroulèrent. L’examen était terminé.

« - Assassine de Quatrième rang Zcyn ! Le nombre de mobs abattus est peu élevé, cependant Chpok – qui potasse les archives des examens – me confirme qu’il s’agit du meilleur score pour un assassin depuis trois saisons, un candidat brillant dont le nom m’échappe, Cazanova ou quelque-chose comme ça. Vous avez témoigné du respect à votre familier en ne l’exposant pas inutilement. Par ailleurs, votre armement médiocre vous vaut quelques points supplémentaires. Que cela ne devienne pas une habitude ! Il faudra en changer, assassine de Cinquième rang Zcyn. Enterrepraïze, téléportez-nous !»

Ils disparurent. Autour de la jeune fille les Wyverns et les Nagas commençaient à réapparaître. Elle attendit l’attaque mais rien ne vint. « Ils me jugent trop forte désormais », pensa-t-elle.

Zcyn s’inclina. « Créatures de la forêt obscure, merci. Et adieu. »

Image
Petit poney, petit poney,
tu es tout gris et tout petit, petit poney.
Avatar de l’utilisateur
zcyn
 
Messages: 944
Inscription: Jeu 3 Mar 2011 15:26

Re: Biographie RPiste

Messagepar Bigdard » Mar 21 Mai 2013 17:03

Merci pour la suite de l'histoire ^^ ( ca fait plaisir entre deux chapitres de Biochimie métabolique :lol: )
Druidard : Archi 166 / Myiuki : Senti T1/ Keurkeurkeur : Nécro 160 : Séraphin
Avatar de l’utilisateur
Bigdard
 
Messages: 166
Inscription: Ven 16 Nov 2012 01:39
Localisation: En Donjon avec la guilde

Re: Biographie RPiste

Messagepar zcyn » Mar 11 Juin 2013 18:09

Zcyn XXXV

Histoire parallèle



MissPiggy MoneyPenny parcourait fébrilement les allées du Marché aux puces. Dépenser de l’argent lui était habituellement la chose la plus naturelle du monde, pourtant aujourd’hui rien à faire, la brouette à roupies que poussait le domestique qui la suivait à trois pas ne voulait pas se vider.

« - Hé bien, Baptiste, as-tu vu quelque-chose ? Remue-toi, rends-toi un peu utile ! »

« Je cherche, mademoiselle MoneyPenny, je cherche. Nous avons déjà la coloration en blonde, les bananes fraîches, le melon jaune, et diverses potions de célérité.»

« - Hé bien cherche encore, Baptiste, cherche encore. Et rappelle-toi : du jaune, rien que du jaune. Le Sixième rang, c’est jaune. »

A vrai dire, elle anticipait un peu sur son Sixième rang. L’examen restait à passer, mais ce ne serait qu’une formalité. Pour la partie combat elle avait Fafnir, le dragon de famille, et quant à la question théorique il avait été convenu avec le Conseil des Guildes que ce ne serait pas du tout, mais alors pas du tout difficile. C’était un volet d’une transaction plus vaste, par laquelle le Conseil avait acheté à la famille de l’élémentaliste une série de parcelles de terrains situées sur des points très élevés. Des pics de Marduka où il n’y avait pas encore de tour de guet. Un sommet dans la partie Nord de la Montagne de cristal. Des endroits où il était impossible de faire pousser quoi que ce soit, que les MoneyPenny avaient renoncé à exploiter, et presque oubliés. Mais voilà, le Conseil s’était mis en quête de sites en altitude pour y édifier des amplificateurs télépathiques à longue portée, et il était prêt à payer le prix fort. MissPiggy et sa cousine avaient reçu leur part de cette manne.

« - Entrons voir cette échoppe, Baptiste. Ce type vend des familiers. Manquerait plus que Tashia dépense son argent plus vite que moi. Et ma réputation, alors ? »

Suivie de son domestique pousseur de brouette, l’élémentaliste avisa le marchand.

« - Qu’est-ce que vous avez en jaune ? »

« Pardon ? En zone ? »

« - En jaune ! En jaune, mon ami, en quelle langue faut-il vous le dire ? Pour mon Sixième rang. C’est bien des familiers que vous proposez ? Alors quoi ? »

« J’ai bien un Djinn mystique, mais question efficacité au combat ce n’est pas forcément… »

« - Mais qui vous parle de combat, mon ami ? Vous croyez que je n’ai pas déjà ce qu’il faut ? Et ça, c’est quoi ? » l’interrompit MissPiggy en pointant l’index vers le ciel.

Levant les yeux, le marchand aperçut un dragon blanc qui patrouillait en cercle, à trois cents pieds de hauteur. Et comprit à qui il avait affaire.

« Mais certainement mademoiselle. Pour vous accompagner à vos dîners en ville et dans un dégradé de jaune, je vous propose cet assortiment tout en élégance et en distinction composé d’un Djinn mystique, d’un Storopell mystique et d’un Génie mystique. Cette parure mystique sera le témoignage permanent et classieux de votre rang et de votre fortune. »

« - Hé bien voilà, vous voyez, quand vous voulez. Paye-le, Baptiste. »

Les choses s’arrangeaient. Plus que 500 millions à dépenser. Aha, c’est cousine Tashia qui allait être verte de jalousie.

« Mademoiselle, je pense que nous avons à peu près fait le tour des échoppes de ce marché aux puces. Peut-être pouvons-nous continuer par l’Hôtel des Ventes ? » suggéra le domestique.

« - Allons-y, Baptiste. Pousse ta brouette. »


---------------------------------------------------------------


Zcyn déambulait dans les allées du Marché aux puces, ce lieu qui lui était ô combien peu familier. Fargdun l’accompagnait, avec pour mission de l’aider à marchander. Il s’agissait de trouver de quoi remplacer, au plus juste prix, sa paire de dagues qui, bien que parfaitement entretenues et affûtées comme des rasoirs, n’étaient simplement plus adaptées aux monstres auxquels une assassine de Cinquième rang se mesurait quotidiennement.

Les vendeurs reconnaissaient Fargdun et la saluaient. Elle était dans son élément, avait un mot pour chacun, s’enquérait des marchandises et des prix. Sans trouver grand-chose, cependant.

« - Je te l’avais dit, Zcyn, ce ne sera pas facile. Il y a peu de dagues et d’épées en circulation. Ces armes ne conviennent pas aux familiers, la mode des squelettes à la dague est passée depuis bien longtemps. Les assassins ne sont pas si nombreux, et qui plus est ils n’ont pas l’esprit de commerce. »

« Comment ça ? »

« - Par exemple, tu as vendu tes dagues, toi, pour t’acheter de meilleures épées ? »

« Mes dagues ? Les vendre ? Hors de question ! C’est toute ma vie d’assassine qui est dans ces dagues. La petite rayure là sur le manche, c’est dans les Mines perdues que… »

Fargdun lui coupa la parole. « - Tu vois ? Les assassins s’attachent à leurs lames. Cela en fait d’autant moins sur les étals du Marché aux puces. Bon, passons à l’aile Nord, on dénichera peut-être ce qu’il te faut. »

Un vendeur d’armes de taille et d'estoc s’apprêtait à plier boutique, l’ancienne marchande de fleurs s’approcha. Après de brefs conciliabules elle revint vers Zcyn.

« - Arrive un peu par ici, le monsieur a entendu parler d’une paire d’épées. »

L’homme leur parla à voix basse, en prenant des airs de conspirateur.

« Je ne les ai pas ici, trop risqué. On me les a laissées en dépôt-vente, le propriétaire veut rester anonyme, je ne suis que l’intermédiaire. Ce sont des Beowulfs, obtenues par refonte des Aydakattis abandonnées aux monstres. Ils enlèvent la poignée et vrillent la lame. Nous on remet une poignée et on refond la lame pour éliminer les impuretés de soufre. Je vous passe les détails techniques. Mais bon, sans vous faire l’article, vous vous rendez bien compte que c’est une occasion exceptionnelle. Déjà elles sont du même type, c’est quand même autre chose que de se coltiner une Folie furieuse dans une main et une Epee de maître dans l’autre. Et surtout, surtout, elles sont enchantées ! »

« De combien ? » s’enquit l’assassine.

« Dites un chiffre. Trop bas ! » lança le marchand sans attendre la réponse.

« Vous ne voulez pas dire… »

La Villaine n’osait y croire. Fargdun lui prit la main, soucieuse.

« - Ne t’emballe pas, Zcyn. Tu n’as pas idée des prix que peuvent atteindre… Combien en demandez-vous ? »

« Cinq-cents millions tout ronds. Une affaire, non ? »

Fargdun sentit la main de Zcyn perdre toute vigueur, le pouls faiblir jusqu’à l’imperceptible. Elle l’entendit murmurer d’une voix blanche « J’avais apporté mes dix-neuf millions… Tout ce temps passé dans la Forêt obscure, et à Marduka aussi… des semaines et des semaines… J’étais venue avec tout mon argent. »

La vieille femme la prit dans ses bras. « - On rentre. Pas la peine de passer à l’Hôtel des ventes, ce sera pire. »

Soutenant l’assassine, elle se dirigea vers le Portail qui les ramènerait à Katan. Puis se retourna vers le marchand.

« - Je prends une option. »



Image
Petit poney, petit poney,
tu es tout gris et tout petit, petit poney.
Avatar de l’utilisateur
zcyn
 
Messages: 944
Inscription: Jeu 3 Mar 2011 15:26

PrécédenteSuivante

Retourner vers [ROLE-PLAY]

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 0 invités

cron